Edito

Incendies en Californie et risques de déforestation de La Réunion

J.B. / 11 décembre 2017

JPEG - 13.7 ko

De gigantesques incendies ravagent la Californie en ce début de mois de décembre. Un seul feu de forêt, baptisé Thomas, a déjà réduit en cendres 63.000 hectares, ce qui correspond au quart de la superficie de La Réunion, ou à trois fois la surface plantée en canne à sucre dans notre île. À la date du dimanche 10 décembre, 583 structures ont été détruites, et des milliers de personnes ont dû être évacuées. Les flammes sont donc proches des habitations, et le monde peut voir des images de collines totalement en feu, comme s’ils étaient la cible d’une coulée volcanique.

Ce phénomène est extrêmement inquiétant car la Californie se situe dans l’hémisphère Nord, c’est donc l’hiver dans cet État des États-Unis. Ce qui veut dire que les températures ne sont pas les plus élevées de l’année. Un autre fait marquant est la répétition de ces incendies depuis quelques années.

Le changement climatique est en train de changer la donne, rendant bien plus vulnérables les forêts qui restent des réservoirs de biodiversité et des usines à fabriquer l’oxygène grâce à la photosynthèse qui transforme le CO2, gaz à effet de serre, en composant de la matière vivante. Ces incendies entretiennent un cercle vicieux, car ils ont pour résultat la déforestation, le deuxième facteur le plus important dans la pollution de l’atmosphère par les gaz à effet de serre. Car les arbres morts ne retiennent plus le CO2 qui s’accumule alors dans l’atmosphère. Comme la pollution par l’industrie, le transport maritime et la circulation des automobiles, la déforestation est le résultat des activités humaines. Car dans la plupart des cas, les feux de forêts sont la conséquence d’une négligence ou d’un acte volontaire.

Notre région est également touchée par ce phénomène mondial de réchauffement. Mayotte a ainsi connu son mois de novembre le plus chaud jamais mesuré. Cela a amené Météo France à considérer que ce phénomène exceptionnel vient du changement climatique. À La Réunion, la pénurie de letchis est une manifestation concrète de ce phénomène, à cause d’un hiver plus chaud que d’habitude.

Alors que l’été est maintenant bien installé, des mesures de précaution exceptionnelles s’imposent. Les conditions sont en effet réunies pour que notre île subisse comme en Californie des feux de forêts. Cela pose la question de la gestion de notre massif forestier, inscrit majoritairement dans le Patrimoine mondial. Sachant que les incendies ont quasi-exclusivement une origine humaine, ne faut-il pas changer les comportements de toute urgence ? La forêt est en effet parsemée de sites de pique-nique, où il est possible de faire du feu. Il suffit d’une braise mal éteinte pour provoquer une catastrophe.

J.B.