Edito

Incroyable et très inquiétante baisse du budget de la Région Réunion

Manuel Marchal / 6 janvier 2020

JPEG - 13.7 ko

Bien avant l’assemblée plénière qui lui sera consacré, le budget primitif 2020 de la Région Réunion suscite déjà bien des commentaires inquiétants. En effet, selon le contenu des documents divulgués par la presse, et qui n’ont fait l’objet d’aucun démenti, le budget prévu par la majorité de Didier Robert est en baisse de 250 millions d’euros par rapport à celui de l’année précédente, soit une diminution de près de 25 %.

C’est la confirmation puissance 10 du malaise ressenti lors de la présentation des orientations budgétaires. Ce document n’était guère rassurant, puisqu’il conditionnait l’équilibre à de biens lointains arbitrages à Paris et à Bruxelles, faute de quoi un trou de plusieurs dizaines de millions d’euros apparaissait. Entre le débat sur les orientations budgétaires et celui sur le budget primitif, la Région Réunion a donc revu sérieusement sa copie, la crise est bien plus grave que ce qui était prévu, car c’est une coupe de près de 25 % du budget, soit 250 millions d’euros. La Région Réunion voit donc son budget passer aux alentours de 800 millions d’euros.

Force est de constater qu’entre 2019 et 2020, la population de La Réunion n’a pas diminué de 25 %, le nombre de travailleurs n’a pas baissé de 25 %, celui des entreprises non plus. Par ailleurs, aucune des compétences du Conseil régional n’a été reprise en main par l’État, ce qui aurait pu justifier une baisse des dépenses. La diminution de près de 25 % du budget de la Région Réunion n’est donc pas liée à l’évolution de La Réunion ou de la France. Elle découle donc de raisons internes à la collectivité.
Outre la baisse annoncée du budget, sa répartition serait toute aussi inquiétante avec une hausse encore de la part du fonctionnement. Rappelons que dans le fonctionnement se trouve l’argent dépensé par la Région Réunion pour satisfaire les promesses électorales de Didier Robert : bons de réduction pour les billets d’avion, bons de réduction pour acheter un ordinateur… pour se construire une popularité, Didier Robert a fait engager à la Région des dépenses ne relevant pas de sa compétence, et qui se chiffrent aujourd’hui à des dizaines de millions d’euros au bas mot.

Cela signifie donc que la Région Réunion compte encore puiser dans ses caisses pour financer une politique clientéliste au détriment de l’investissement créateur d’emplois. Le plan d’aide aux communes risque donc de subir une baisse drastique, ce qui tombe juste l’année des élections municipales. Si une telle éventualité se réalisait, quelle serait la réaction des maires face à l’assèchement de l’argent en provenance de la Région, qui est indispensable à la réalisation d’équipements publics en partenariat avec les communes ? Rappelons que les prédécesseurs de Didier Robert consacraient près de 70 % du budget à l’investissement, c’était vraiment un autre monde.

Pendant ce temps, rappelons que le chantier de la route en mer ne peut pas se terminer dans la situation actuelle. La promesse de Didier Robert ne sera pas tenue en plus de 10 ans de pouvoir, et les Réunionnais seront encore longtemps condamnés aux embouteillages, puisque la livraison du viaduc entre la Grande Chaloupe et Saint-Denis n’est qu’une demi-route en mer, l’autre moitié restant la route du littoral et son danger structurel. Des centaines de millions d’euros engagés dans ce chantier aurait sans doute été bien mieux utilisés ailleurs, pour créer des emplois en construisant des lycées par exemple, ou en améliorant le système de formation afin de lutter contre le chômage.
Jadis collectivité louée pour l’exemplarité de sa gestion sous la présidence des prédécesseurs de Didier Robert, la Région Réunion est en train de sombrer. Cette descente aux enfers n’est que le résultat de décisions politiques accomplies en toute responsabilité par la majorité qui est au pouvoir depuis bientôt 10 ans.

M.M.