Edito

Interdiction des couverts et contenants alimentaires en plastique : une opportunité pour les planteurs de canne à sucre

J.B. / 18 septembre 2018

JPEG - 57.1 ko
Contenant alimentaire à base de canne à sucre présenté le 11 juillet au ministre de l’Agriculture.

L’Assemblée nationale examine en ce moment en nouvelle lecture le projet de loi agriculture et alimentation. Vendredi 14 septembre, les députés ont adopté un amendement contre l’avis du gouvernement. Il stipule que les couverts et contenants en plastique seront interdits à compter du 1er janvier 2020.

Cela signifie que si ce texte est appliqué, les barquettes, les saladiers, les boites pour contenu alimentaire, les pailles et autres ustensiles de cuisine ne pourront plus être en plastique. Cela ouvre donc le champ des alternatives à ce produit dérivé du pétrole.

Dans d’autres secteurs, l’utilisation de la canne à sucre à la place du pétrole pour remplacer le plastique. C’est ce que prévoit notamment Lego, le géant mondial du jouet, pour remplacer les briques de son jeu de construction.

L’interdiction du plastique dans les couverts et les contenants alimentaires permettra donc de valoriser une autre richesse de la canne à sucre. Lors de la visite du ministre de l’Agriculture à R’Canne, les industriels ont présenté des produits dérivés de la canne à sucre pouvant remplacer le plastique.
Cela signifie qu’une nouvelle industrie de la canne à sucre est possible, à condition que le but de la direction politique de la filière canne-sucre soit de travailler pour l’intérêt de La Réunion. Si ce n’est pas le cas, il appartient aux Réunionnais de s’organiser pour reprendre le contrôle de cette filière.

J.B.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • TB. Ne pas attendre 2020, année en plus des élections municipales, les plastiques nous ont envahi et nous en consommons car ils sont rentrés dans la chaîne alimentaire, depuis les micros particules. Pas bon appétit, non, pas vraiment.

    (cela fait penser à d’autres, issues elles des gaz d’échappement des moteurs diésels, largement majoritaires sur l’île de la Réunion, où il y a 4 ou 5 fois plus d’ashmatiques qu’en France métropolitaine ! Triste record des tropiques !)

    Interdire les plastiques est donc nécessaire, sanitaire, vital pour le long terme et le plus rapide sera le mieux ! Finissons-en avec toutes ces barquettes, assiettes, pailles, couverts, gobelets et conton-tiges à usage unique qui eux finissent souvent dans les cuvettes des WC et vont ensuite boucher les filtres et les pompes des stations d’épuration déjà saturés, sous dimensionnées. Les même en fibre de canne à sucre, ou en bois, carton comme font déjà les fast food, cela est possible, ailleurs, c’est déjà fait, dans les pays développés et sensibles à ce problème, on verra bien combien de temps cela prendra sur l’île de la Réunion qui en attendant est de plus en plus pollée, saccagée, il y a qu’à voir les ravines, déchètteries, plages, chemins, bas côtés des routes, une honte. Les bichiques. Ces gens irresponsables aiment-ils vraiment leur île de la Réunion ? Arthur.

    Article
    Un message, un commentaire ?