Edito

J-9 : la paix mondiale est menacée

J.B. / 19 février 2019

JPEG - 13.7 ko

C’est le 3e papier d’affilé que Témoignages consacre à la tentative des Chinois de ramener Trump à la raison. Il reste 9 jours avant la date fatidique du 1er mars. Si, d’ici là, les négociations n’aboutissent pas alors les Etats-Unis mettront à exécution le nouveau pallier de droits de douanes sur des centaines de milliards de dollars de produits chinois importés. Rappelons que la Chine avait riposté après la première salve, en faisant de même sur une série de produits américains emblématiques. Trump ne s’attendait pas à une telle réaction à son initiative. Si bien que la question du jour est le degré de sincérité de la partie américaine dans les négociations actuelles.

La lecture d’un “commentaire” paru samedi 16 février dans la presse officielle chinoise illustre une situation encore tendue. Voici un extrait : « La Chine et les Etats-Unis possèdent plus d’intérêts communs que de différends. Leur aspiration à la coopération est plus grande que la friction. La coopération est le meilleur choix pour les deux parties.
A deux semaines de la date limite du 1er mars, la Chine et les Etats-Unis accélèrent leurs consultations. Un nouveau cycle de consultations est prévu la semaine prochaine (nous y sommes, NDLR) à Washington. Tant que les deux parties font un pas l’un vers l’autre, ils se rapprocheront de l’objectif final.
Malgré les progrès réalisés, les consultations font face à des défis et des incertitudes. Peu importe ce qui se produit à la fin, la Chine défendra sa dignité nationale et ses intérêts fondamentaux. En espérant la meilleure issue possible, il est également important pour la Chine de se préparer au pire. »

Les 2 dernières phrases sont lourdes de sens. En clair, les Etats-Unis ne veulent pas partager la direction des affaires du monde. Il faut “se préparer au pire”.

Alors que la Paix mondiale joue sa survie en ce moment, il est indécent d’abrutir l’opinion avec des informations futiles et secondaires qui empêchent de réfléchir sur “le pire” et prendre des mesures d’anticipation.

J.B.