Edito

Jour de la Terre de Gaza : le « massacre de Sharpeville » de la Palestine ?

J.B. / 3 avril 2018

JPEG - 64.8 ko

Vendredi 30 mars, le gouvernement israélien a donné ordre à des soldats de tirer à balles réelles sur des manifestants pacifiques à Gaza. Le bilan est de 16 Palestiniens tués et de 1.400 blessés. C’est la journée la plus meurtrière depuis 2014. L’ONU a demandé une enquête. Ce jour-là, c’était le Jour de la Terre en Palestine. C’est une manifestation annuelle au cours de laquelle les Palestiniens manifestent pour retrouver la terre et la maison dont ils ont été dépossédés par les armes lors de la création de l’État d’Israël.

Ce droit au retour des réfugiés palestiniens est inscrit dans une résolution de l’ONU qu’Israël s’est engagé à respecter pour entrer dans l’ONU. Mais cela n’a jamais été appliqué et les Palestiniens sont des millions à s’entasser dans des camps de réfugiés.

Ce dramatique événement intervient quelques jours après le procès d’Ahed Tamimi. Cette jeune Palestinienne de 16 ans a été condamnée à neuf mois de prison pour avoir giflé un soldat de l’armée israélienne. Pendant ce temps, un soldat de cette même armée n’a été condamné qu’à 10 mois de prison pour avoir assassiné un Palestinien désarmé. Et encore, s’il est passé devant la justice, c’est parce que ce crime a été filmé et diffusé sur Internet.

Ceci interroge au sein même de la société israélienne et certains Israéliens reconnaissent que leur pays est une société d’apartheid. D’ailleurs durant le week-end, des Israéliens ont manifesté contre les tirs à balles réelles des soldats sur les Palestiniens.

Le 21 mars 1960, des policiers d’Afrique du Sud tiraient sur une manifestation pacifique à Sharpeville. Il y eut plus de 60 morts. Ce massacre allait être le point de départ d’une prise de conscience de ce qu’était l’apartheid. Pendant encore de nombreuses années, le régime d’apartheid a été soutenu par l’Occident. Mais il a fini par tomber grâce à la mobilisation des Sud-Africains opposés à l’apartheid et de leurs soutiens dans le monde.

C’est un massacre qu’a commis l’État israélien ce 30 mars à Gaza. Cet État est soutenu par les gouvernements occidentaux, en particulier celui des États-Unis. Cet État pratique aussi un régime d’apartheid. Le massacre du Jour de la Terre en Palestine agira-t-il comme celui de Sharpeville en Afrique du Sud ?

J.B.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Apartheid, violences, crimes de masse, racisme, ségrégation, exploitation, spoliation, c’est exactement ce que vit le peuple palestinien depuis des décennies. Il suffit de faire le compte sinistre des victimes de part et d’autre pour comprendre qui est le bourreau et qui est la victime.

    Photographe pour le magazine Géo, témoin en 1994 de ce qui se passait là-bas deux ans après la signature des accords de paix, je suis effrayé, comme mes amis juifs, de la spirale fascisante qui conduit Israël à de tels crimes, dans l’indifférence coupable des munichois d’aujourd’hui.

    Quand mettra-t’on fin à l’aveuglement complice de l’opinion mondiale, quand mettra-ton fin à cet assourdissant "Silence on tue". Jusqu’où, jusqu’à quand accepterons-nous l’inacceptable ?

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Un immense merci à Mr Tingaud pour enfin alimenter une parole solidaire à l’ égard des Palestiniens,, prononcer une condamnation claire et nette de la politique du gouvernement israélien et, au-delà, de la honteuse et minable politique de l’ Europe et, hélas , de la France, sur cette dramatique question. Mais, Mr Tingaud, vous devez être comme moi un ANTISEMITE....... Fraternellement à vous !
    Jean-Paul Ciret

    Article
    Un message, un commentaire ?