Edito

Journée de l’arbre : la cohérence d’une action

J.B. / 11 avril 2018

JPEG - 81.7 ko
Plantation d’un arbre hier par Maurice Gironcel.

Hier, c’était la Journée de l’arbre. Elle était marquée par plusieurs manifestations. L’une d’entre elles se situait au siège du SIDELEC à Sainte-Suzanne. Un arbre a été planté. Rappelons que Maurice Gironcel, président du SIDELEC, est également secrétaire général du PCR. Or, c’est précisément Paul Vergès, le premier secrétaire général du PCR, qui est à l’origine d’un combat que le Parti communiste réunionnais continue de mener : le reboisement de La Réunion.

Ce combat s’est matérialisé au Port à partir de l’arrivée d’une direction communiste à la tête de la municipalité en 1971. La commune a été installée à la suite du creusement du port de commerce à la pointe des Galets. Comme son nom l’indique, cette région de l’île est parsemée de nombreux galets. Ce paysage découle des crues cycloniques de la rivière des Galets qui a transporté en ce lieu des matériaux qui ont créé cette plaine qui était donc une zone de savane aride.

En 1971, à part l’actuelle avenue de la Commune de Paris, Le Port était dépourvue d’espaces verts. De nombreux habitants s’entassaient dans des bidonvilles.

La municipalité prit alors l’initiative de lancer un plan de boisement de la plaine des Galets. Plus de 500.000 arbres furent alors plantés. La commune associait les habitants à ses actions, afin que chaque jeune Portois puisse être fier de s’occuper d’un arbre qu’il ferait grandir. Au terme de cette politique, Le Port est devenue la commune de La Réunion où la superficie d’espaces verts par habitant est la plus importante. Elle abrite même en son centre une véritable forêt, le Parc Boisé Laurent Vergès. Cette initiative a aussi permis de contribuer à la diminution de la température de plusieurs degrés.

Cette politique a également été de mise lors de la construction de la route des Tamarins. Sur les parcelles attenantes à l’ouvrage, plus de 500.000 arbres ont été plantés. Il s’agissait là de restaurer le paysage originel de La Réunion avant qu’il ne soit dégradé par les activités humaines. Avec la prise de conscience du changement climatique, la plantation d’arbres est aussi un moyen de lutte. Car cela contribue à diminuer les émissions de gaz à effet de serre. Aussi abattre un arbre est aujourd’hui un acte qui doit être évité à tout prix.

J.B.