Edito

L’aéroport seul porte d’entrée du virus qu’il faut aujourd’hui contrôler

David Gauvin / 17 février 2021

Hier encore, des manifestants ont tenté de filtrer le rond point de Gillot. Ils ont été accueillis par des CRS. L’action citoyenne ne doit pas masquer l’inaction des autorités.

Le SRAS-COVID est un virus. Il est très contagieux, mais ce n’est qu’un virus. Et un virus ne se déplace pas tout seul. IL se déplace de personne en personne. Et pour nous il a été introduit dans l’île. Notre seule porte d’entrée depuis l’extérieur est l’aéroport. Il est donc certain que c’est par l’aéroport que le virus est entré sur l’île.

Quand la mesure de confinement a été décidée à l’échelle nationale, la première mesure a été la fermeture de l’aéroport. Cette mesure a permis de freiner l’arrivée du Covid dans l’île, mais nous a aussi démontré que nous n’étions pas si dépendant de l’aéroport pour notre vie quotidienne. Mais l’aéroport a été réouvert en grand, et le pire des crimes est la grande campagne de communication pour signifier qu’à la Réunion, les Français confinés pourraient passer des vacances en toute liberté.

Aujourd’hui que l’épidémie repart comme fin août, les autorités refusent de contrôler véritablement l’aéroport. Ils parlent de motifs impérieux, mais comment-peut on croire que plus de 2000 personnes juste hier ont des motifs impérieux. Même plus grave, on refuse de stopper les vols pour Mayotte alors que l’épidémie connait actuellement un taux de prévalence hors norme. Nous sommes submergé de témoignage de personne soit ayant passé le pseudo contrôle sans encombre, soit n’ayant pas été du tout contrôlé. Et que dire du suivi de quarantaine, il ne convient même pas d’en parler tellement il est ridicule. Il se limite à un texto dix jours après l’arrivée.

Pendant ce temps là, l’Inde, la Nouvelle Zélande, Maurice, la Nouvelle Calédonie, la Corée et plein d’autre pays ont fermé voir filtré très sévèrement leur accès aérien. Et pendant ce temps-là, la vie a repris son cours normal et non masqué en Nouvelle Calédonie ou à Maurice. Il faut sans attendre appliquer strictement ce qui a marché ailleurs et de cesser de faire des Réunionnais les cobayes de pseudo apprentis sorciers.

"Une erreur ne devient une faute grave que lorsqu’ on ne veut pas en démordre" Ernst Jünger

Nou artrouv’

David GAUVIN