Edito

L’année commence mal pour Air Austral : Air Mad devra-t-elle payer 100 millions à Air France ?

J.B. / 2 janvier 2019

JPEG - 13.7 ko

Air Austral est devenue l’actionnaire de référence d’Air Madagascar. C’est elle qui décide de la stratégie de la compagnie malgache. Ceci a fait couler beaucoup d’encre, car cela conduit à une situation de monopole sur les liaisons entre La Réunion et Madagascar. Ceci est renforcé par la présence d’une autre filiale d’Air Austral, Ewa Air, à Mayotte. Ce monopole a pour effet un coût prohibitif des billets d’avion. Ainsi il n’est pas rare qu’un aller-retour entre La Réunion et Madagascar coûte plus cher qu’un billet pour aller en France et revenir, et cela d’autant plus qu’à la différence des lignes vers la France, les prix des billets d’avion vers Madagascar ne sont pas subventionnés.

Ceci conduit donc à une situation de rente, qui permet à la compagnie réunionnaise de se construire un pré carré où elle fixe elle-même les prix sans être dérangé par la concurrence.
Mais cette opération risque bien d’être perturbée par une sérieuse turbulence. En effet, « Jeune Afrique » explique qu’un contentieux entre Air Madagascar et Air France n’a toujours pas été soldé. Voici le contenu d’une brève parue le 23 décembre : « le 12 décembre, au Tribunal de commerce de Paris, Air France a revu sa facture à la hausse : il réclame à Air Madagascar 46 millions de dollars en plus des 55 millions (dont 12 millions d’intérêts) de loyers versés. Soit un total de 101 millions pour les deux Airbus A340 loués en 2012 et dont la valeur était estimée, à l’époque, entre 10 et 20 millions. Cette affaire menace l’existence d’Air Mad’, qui n’est pas en mesure de régler la note. Prochaine audience : le 13 février ».

L’année commence donc mal pour Air Austral. Cela amène à s’interroger si les responsables de la compagnie réunionnaise était au courant de ce contentieux, et de ses conséquences financières potentielles qui représentent plusieurs fois les fonds investis par Air Austral dans le partenariat stratégique avec Air Madagascar ?
Ensuite, que se passera-t-il sur le jugement du tribunal de commerce de Paris condamnait Air Madagascar à payer cette somme ? Rappelons qu’Air Austral est une compagnie dont l’actionnaire à plus de 95 % est la puissance publique, via la SEMATRA dirigée par la Région Réunion. Cette singularité dans le paysage aérien, qui ne devait qu’être temporaire, date de l’époque où Didier Robert s’était octroyé la présidence d’Air Austral avec le résultat que l’on constate aujourd’hui : si on enlevait la subvention de la Région Réunion à Air Austral sous forme d’aides à l’achat de billets d’avion, Air Austral serait déficitaire alors que les cours du kérosène sont au plus bas depuis longtemps.
Souhaitons que la structure capitalistique d’Air Austral n’ait pas pour conséquence que les Réunionnais soient obligés de payer à cause de ceux qui ont choisi d’acheter Air Madagascar. Il serait intéressant de savoir si la Région Réunion a provisionné cette somme dans son budget prévisionnel, les contribuables ont le droit de savoir s’ils devront mettre encore la main à la poche à cause de Didier Robert.

J.B.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Theophane"guito"Nayaranin avait raison sur cette stratégie hasardeuse d’air austral, les Réunionais decouvrent les tarifs des billets Réunion- Madagascar plus chère que Paris-Reunion
    Qu’est ce qu’on doit dire depuis le temps qu’on paye Mayotte- Reunion plus chère que Réunion- Paris sans oublier les billets d’Ewa air

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • C’est bienfait pour Air Austral, que cette compagnie coule on ne la regrettera pas. A force de nous prendre Réunionnais pour des vaches à lait. J’espère que la facture va encore augmenter lors après le procès du 13 février. Pauvre Air Madagascar, elle aurait du fusionné avec Kenya Airways ou Ethiopia.

    Article
    Un message, un commentaire ?