Edito

L’avenir de La Réunion, de New-Delhi au COSPAR

LB / 23 février 2009

Sans nul doute, l’événement d’actualité le plus marquant pour l’avenir de La Réunion est la visite d’une délégation de la Région Réunion en Inde cette semaine, avec notamment demain une cérémonie à New-Delhi, où le Centre de Documentation sur le Monde Indianocéanique de la prestigieuse Université Jawarhalal Nehru sera officiellement nommé "Centre de l’Océan Indien, Paul Vergès". Cet événement de portée historique rejaillira d’autant plus sur toute La Réunion que le président de la Région et les autres membres de la délégation réunionnaise auront plusieurs rencontres avec les autorités indiennes, en lien avec l’Ambassade de France en Inde, sur divers projets de coopération indo-réunionnais.
Cette visite est une nouvelle étape dans la politique de co-développement régional mise en œuvre par la collectivité réunionnaise depuis qu’elle est présidée par Paul Vergès. Une étape particulièrement importante, puisqu’elle va renforcer considérablement les liens et les échanges entre notre île et le pays de notre région qui sera la 3ème puissance économique mondiale d’ici une vingtaine d’années.

Nous l’avons souvent dit et répété : le co-développement régional, libre et solidaire, est un élément essentiel — parmi bien d’autres — pour bâtir l’avenir de La Réunion dans le cadre d’un nouveau modèle de développement choisi par les Réunionnais en pleine reponsabilité. En effet, notre intégration à la région dans cet objectif sera un atout considérable.
Voilà pourquoi nous devons avoir constamment présente à l’esprit une vision réunionnaise, cohérente et globale de notre projet de développement, plutôt que partisane ou territoriale. Ainsi, par exemple, contrairement à ce que laissent entendre certaines polémiques à Saint-Denis, le tram-train, dans le cadre d’une politique durable des déplacements, n’est pas un projet dionysien mais réunionnais, et chacun doit donc voir quelle peut être sa contribution pour accélérer sa réalisation.

C’est bien cette vision réunionnaise que cultive le COSPAR (Collectif des Organisations Syndicales, Politiques et Associatives de La Réunion). Plusieurs de ses responsables l’ont encore déclaré ce week-end : les revendications immédiates pour améliorer le pouvoir d’achat des plus pauvres s’inscrivent dans la perspective d’un projet d’avenir cohérent.
C’est pourquoi nous continuons à nous mobiliser pour préparer les manifestations du 5 mars et en même temps nous saluons la rencontre de cette semaine entre les dirigeants indiens et réunionnais. Ces jours-ci, l’avenir de La Réunion se construit de New-Delhi au COSPAR…

L. B.