Edito

L’école encore loin d’être gratuite

J.B. / 11 août 2018

JPEG - 13.7 ko

A deux semaines de la rentrée scolaire, c’est le temps des foires commerciales. Cette période coïncide avec le versement de la prime de rentrée scolaire. Cette somme permet aux familles de faire face aux dépenses pour préparer l’entrée à l’école.

C’est donc un moment important, et cette manne qui arrive dans l’économie réunionnaise ne va pas de soi. Elle est le résultat d’un combat pour l’égalité sociale mené pendant plusieurs décennies par le PCR. En effet, bien que La Réunion ait depuis 1946 un statut de département, ce n’est qu’en 1995 que furent obtenues l’égalité du SMIC et des prestations sociales. Auparavant, les Réunionnais n’étaient pas considérés comme des citoyens à part entière.

Cette période permet aussi de constater que contrairement à ce qui est proclamé, l’école n’est pas gratuite. En effet, les parents sont obligés de puiser dans la prime de rentrée scolaire pour acheter cahiers, et autres équipements indispensables, ainsi que pour financer l’achat ou la location de manuels. Ces dépenses sont les mêmes pour tous, mais elles pèsent plus lourdement sur le budget des familles aux revenus modestes. Ainsi l’accès à l’école souligne les inégalités.

La politique mise en place par ce gouvernement ne va pas dans le sens de l’amélioration des choses. Il s’attaque aux services publics. Ainsi dans l’enseignement supérieur, plutôt que de financer la construction de locaux et l’embauche de personnels, il instaure un système qui complique l’accès à l’Université, ouvrant la voie à la sélection.

Le chemin est encore long pour que l’accès à l’enseignement soit gratuit pour tous, condition importante pour la réduction des inégalités.

J.B.