Edito

« L’emploi non titulaire et contractuel territorial réunionnais n’est pas une fatalité »

Julie Pontalba / 11 septembre 2020

JPEG - 92.1 ko

C’est un extrait du rapport présenté par Bruno Collignon, le 15 novembre 2017 au Conseil supérieur de la Fonction publique : « Vers l’emploi titulaire dans la Fonction publique territoriale de La Réunion : une ambition a partager ». Il brosse un portrait très complet de l’état de l’emploi dans la fonction publique à La Réunion. Après les incidents survenus ces derniers jours à Saint-Louis, il est utile de revenir sur ce rapport qui comporte la contribution écrite des syndicats, l’association des Maires et l’Etat.

En remontant dans un passé encore récent, on se rappelle des tristes épisodes de « chasse aux sorcières » qui se déroulaient au lendemain de changement de majorité dans une commune. Les employés qui n’avaient pas suivi le candidat élu, étaient dégradés, déportés dans des quartiers éloignés de leur domicile, ramenés à effectuer des tâches ingrates quand ils n’étaient pas tout bonnement licenciés sans plus de procès. Trois ans après cette publication, nous n’aurions pas dû assister aux évènements Saint-Louisiens.

Dans notre Département la part des emplois non titulaires représentent 70 % de la totalité des emplois dans la fonction publique territoriale. C’est un héritage dont l’Etat est le principal responsable. On peut lire : « Malgré les diverses tentatives engagées pour améliorer la situation de l’emploi public au cours de ces quarante dernières années il est constaté une situation encore insatisfaisante au regard du droit de la fonction publique. » Vous avez bien lu « 40 ans » et toujours la précarité !

Parmi les recommandations tirées du rapport, « Il est proposé la mise en place d’un comité de pilotage chargé du dispositif d’évaluation, avec une première étape de bilan, puis dans une démarche de suivi régulier pour disposer de ressources stables et de référence. », et de finir par « Une réforme ciblée et prioritaire pour les finances des collectivités territoriales : donner des marges de manœuvre à la gouvernance territoriale ».

On en revient toujours à plus de marges de manœuvre localement, à un travail concerté entre les différents acteurs, le tout pour améliorer la situation de nos concitoyens et un meilleur fonctionnement de nos institutions. Depuis des années, le PCR appelle à la tenue d’une Conférence Territoriale dont l’objectif est d’écrire un plan global de développement durable. L’emploi dans la fonction publique territoriale y trouvera toute sa place !

Julie Pontalba