Edito

L’énergie le pilier du nouveau modèle de développement réunionnais*

David Gauvin / 4 août 2020

* “D’une île au monde“, Paul Verges

JPEG - 84.6 ko

La question de l’énergie est centrale. Elle est le cœur du monde que nous vivons que ce soit pour les déplacements, le travail ou encore les loisirs. Nous devons reconnaître au génie réunionnais d’avoir assuré la fourniture en énergie de la totalité de l’île en totale autonomie, vu que les réseaux ne sont pas reliés avec une production extérieure.

Nous avons d’une part les réseaux et d’autre part la production. Pour répondre aux contraintes du territoire de grandes prouesses ont été effectuées. Nous ne citerons que la centrale hydroélectrique de Takamaka qui est une formidable épopée au vu des moyens techniques de l’époque ou encore les centrales thermiques transformant en énergie le résidu des cannes.

Néanmoins, dans un monde que nous voulons de plus en plus décarboné afin de préserver la planète, il nous reste une révolution à mener. Nous devons nous interroger d’abord sur la structure. Pour faire simple, nous avons des grandes usines de productions approvisionnant un réseau qui va du plus gros au plus petit. Cette caractéristique est liée au besoin d’interconnecter les réseaux et à une conception centralisée de la production. Ensuite nous pouvons questionner les modes de productions, pour faire simple renouvelable à l’origine devenu carboné in fine afin de répondre aux besoins de consommation.

Cette conception est liée aux connaissances de l’époque. Aujourd’hui les ingénieurs savent interconnecter des petites unités de production et faire fonctionner un réseau complexe grâce aux progrès du numérique. De plus les progrès en termes de conceptualisation permettent de créer des plus petits modèles tout aussi efficace.

Il convient donc de faire évoluer le réseau, en interconnectant des petites unités de valorisation mêlant photovoltaïque, biogaz, éolien et marémotrice au sein de chaque bassin de vie, en les connectant entre eux autour de production de secours que sont les centrales hydrauliques et les centrales thermiques.
La Réunion peut réussir ce défi pour l’humanité et ensuite devenir le laboratoire du monde de demain.

Nou artrouv’

David Gauvin



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • Concernant l’autonomie énergétique, tout le monde est d’accord.Mais la question de la continuité du service public de l’énergie à La Réunion est loin d’être régler. Quid de la péréquation tarifaire, quid de l’entretien du réseau qui est obsolète, quid du statut du personnel. Va t-on livrer cette activité stratégique aux multinationales ? Pour la CGTR c’est non ,nous proposons la mise en place d’un pôle public de l’énergie regroupant tous les entreprises productrices de l’énergie afin d’assurer une continuité du service public notamment pour les plus démunis et y compris les TPE.
    Cordialement
    Max BANON CGTR
    Membre du CESER ( commission développement durable et environnementale)

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Energies renouvelables comme enfin la géothermie, le Japon, la Nouvelle-Zélande, l’islande le font depuis déjà longtemps, puis le soleil, le vent, les forces marines, bref, tout cela est disponible, une grande chance et renouvelable, donc local, gratuit et inépuisable, c’est simple, il n’y a pas mieux. Ainsi, on pourra rouler sans pollution, bruit, encombement sur les routes grâce au futur train, le fameux TER péi, reliant St Joseph à Ste Rose enfin, puis les téléphériques, dyonisiens puis entre St Leu et Cilaos. Que d’emplois alors crés pour les jeunes, entre les chantiers, l’exploitation, la maintenance ! Bravo. On attend, espère et applaudira quand tout cela se fera. En attendant, on se désespère en voyant par exemple, des chauffe eau électriques, les fameux "cumulus" s’installer encore dans les hôtels, les appartements en lieu et place de modèles solaires, bien mieux pour la planète à long terme, c’est vrai. Bonne continuation, y a du boulot ! Arthur.

    Article
    Un message, un commentaire ?