Edito

L’Est des États-Unis face à une « bombe cyclonique »

J.B. / 8 janvier 2018

JPEG - 13.7 ko

Les dérèglements causés par le changement climatique ne cessent d’avoir des conséquences. Elles se manifestent notamment par des phénomènes extrêmes plus nombreux. La semaine dernière, la France a été touchée par un phénomène porteurs de vents aussi forts que les dépressions tropicales, avec d’importantes précipitations et leur lot d’inondations. Dans le même temps, les États-Unis ont connu des tempêtes de neiges intenses. Des flocons ont été même observées en Floride, où les habitants peuvent affronter en été des cyclones tropicaux.

Cette fois, le pays dirigé par Donald Trump se prépare à faire face à ce que le « Washington Post » nomme une « bombe cyclonique ». Ce phénomène se caractérise par une baisse brutale de la pression atmosphérique de 24 millibars en 24 heures. Les instruments ont relevé une chute de 44 millibars. Au cœur de cette tempête qui touchera la Nouvelle-Angleterre, la pression attendue ne dépassera pas 950 millibars. C’est une valeur observée pour les cyclones tropicaux, mais c’est du jamais vu pour une tempête hivernale. Pour le moment, les dégâts sont difficiles à prévoir. Ce qui est moins incertain, ce sont des records de froid à attendre dans le Nord-Est des États-Unis.

Ceci rappelle que le changement climatique n’a pas de frontière, et que ce n’est pas parce qu’un dirigeant politique décide d’ignorer un problème que celui-ci disparaît. En effet, Donald Trump a retiré son pays de l’Accord de Paris sur le climat, et il veut satisfaire les intérêts des compagnies pétrolières en ouvrant à leur appétit toutes les ressources disponibles aux États-Unis. Leur mise en exploitation ne manquera pas de provoquer des émissions de gaz à effet de serre supplémentaires qui aggraveront la crise climatique.

J.B.