Edito

L’harmonisation des prix des services publics.

Les enjeux des Municipales de 2020 (4)

Ary Yée Chong Tchi Kan / 3 septembre 2019

L’harmonisation des prix et des revenus est un débat qui passionne les foules. Grace à un amendement d’Elie Hoarau quand il était Député, un Observatoire des Prix et des Revenus a vu le jour, mais il a été vidé de son sens et de ses ambitions de départ.

Le décret d’application a été pris 10 ans après le vote de la loi et la structure OPR a été mise sous la direction de fonctionnaires de l’administration. Cette dé-responsabilisation des Réunionnais est un choix délibéré de tromper la population. Près de 20 ans après l’initiative d’Elie, rien n’a été résolu. C’est le lot quotidien de la réalité néo-coloniale.

Pire, rien n’a été entrepris à la baisse dans le domaine des prix fixés par le secteur public. Chaque année, les Conseils Municipaux délibèrent sur des prix, taxes et redevances. Il n’y a aucune harmonisation entre les 24 communes. Ni pour l’eau, ni pour les cantines scolaires, par exemple. Même lorsque les délégataires de ces services sont de même entité, les usagers s’habituent à payer sans se poser la question : pourquoi la différence des prix ? C’est aussi vrai pour les impôts locaux.

Il est donc urgent que les 24 maires se mettent d’accord pour se pencher sur la question ; il s’agit d’ apporter aux usagers des services publics et aux contribuables, en particulier, les explications tant attendues. En d’autres termes, il faut penser en Réunionnais responsables des intérêts de toutes et tous.

Ary YEE CHONG TCHI KAN