Edito

La grève en Guyane bouleverse les agendas

J.B. / 28 mars 2017

JPEG - 13.7 ko

Depuis hier, c’est la grève générale en Guyane. Et manifestement, le gouvernement n’a pas eu une réponse adaptée. En effet, les 37 syndicats et la population n’ont pas accepté que la délégation française ne comprenne aucun ministre, et soit conduite par un ancien préfet de Guyane.

Cette crise bouleverse en effet les emplois du temps. Ericka Bareigts, ministre des Outre-mer, a en effet multiplié ces derniers temps les voyages privés à La Réunion. Elle est candidate investie par le Parti socialiste dans la première circonscription et le but de ces séjours s’inscrivent dans sa campagne électorale pour tenter de se faire réélire.

Cette grève est une manifestation de l’impasse d’un système en place depuis 70 ans dans l’outre-mer. Ce système est incapable de régler les problèmes tels que l’emploi et le logement. Il est à l’origine de graves inégalités. À La Réunion, il laisse de côté la moitié de la population. Mais contrairement aux engagements pris en 2012, rien n’a été fait pour le remettre en cause.

La grève de Guyane s’invite dans la campagne présidentielle. Pour tenter de la résoudre, le gouvernement devra sortir de ses préoccupations électorales immédiates. En sera-t-il capable ?

J.B.