Edito

La parité s’est arrêtée aux portes des Intercommunalités

Julie Pontalba / 17 juillet 2020

JPEG - 34.7 ko

Il y a trois semaines à peine, La Réunion s’honorait de l’élection de 4 femmes à la fonction de Maire. Un évènement historique, notamment à Saint-Denis où Ericka Bareigts s’installait à la tête du Conseil Municipal de la Capitale. Ne boudons pas notre succès : 4 sur 24, c’est peu mais cela préjugeait d’une belle avancée. Et puis, patatrak !

En effet, ces derniers jours ont eu lieu ce qu’on qualifie de 3e tour des Municipales. Il s’agit du vote des Conseils des Communautés de communes. On en compte 5 : la CIREST, la CINOR, le TCO, la CIVIS, la CASUD. Les délégués, « fléchés » sur les bulletins de vote, se réunissent et votent la Présidence et les Vice-Présidences. C’est une élection de grande importance, car les enjeux sont immenses pour les communes qui en sont membres. De nombreuses compétences dévolues aux communes ont été transférées à ces structures intercommunales qui possèdent leur propre fiscalité. Ce sont 5 « super-communes ».

Et là, que constatons nous ?
D’abord, aucune femme ne se trouve à la tête de ces inter-communalités. La surprise aurait pu venir du TCO puisqu’il y a deux femmes maires. Que neni !
Le plus invraisemblable est la constitution des bureaux où la parité n’est pas exigée pour la désignation des Vice-présidents. Dans 4 inter-communalités sur 5 pour le moment, la parité est respectée (par obligation) parmi les conseillers par contre une fois que l’on passe au bureau exécutif, les femmes ne sont plus que 30 à 25 % à occuper un poste de vice-présidente.

Prenons le cas de la CINOR. L’Assemblée est constituée de 64 élus qui doivent désigner en leur sein 16 VP. Chaque Maire doit présenter sa liste. Au final, seulement 5 femmes ont été présentées et élues. La palme revient à Saint Denis qui en a présenté 4. A la CIVIS c’est 4 femmes sur 16. Au TCO, sans les maires, elles sont 5 sur 16.

Par quelle alchimie bizarre, on passe d’une assemblée à 50 % de femmes à un Bureau qui n’en contient plus que 25 % ? Les Réunionnais ont montré le 28 juin dernier qu’ils étaient prêts à voir plus de femmes à la tête d’une collectivité mais les Maires dans leur grande majorité n’ont pas emboîté le pas. Une fois de plus, le peuple est en avance sur leurs dirigeants. La parité reste un vœu pieux, pour qu’elle se réalise pleinement, la loi sur la parité devra sûrement être revue.

Julie Pontalba