Edito

La Réunion concernée par la bataille contre la pauvreté

J.B. / 24 septembre 2018

JPEG - 13.7 ko

Un rapport publié hier par la Banque mondial met l’accent sur la pauvreté dans le monde. Voici quelques éléments du résumé :

« Le seuil international de pauvreté est fixé à 1,90 dollar par personne et par jour, sur la base des taux de conversion 2011 en parité de pouvoir d’achat (PPA). En 2015, et selon les dernières données disponibles, la part de la population mondiale vivant dans la pauvreté a baissé pour s’établir à 10 %, ce qui représente environ 736 millions de personnes. En un quart de siècle, plus de 1,1 milliard de personnes (en termes nets) ont vu leur niveau de vie s’améliorer suffisamment pour échapper à l’extrême pauvreté. (…)
Ce sont les pays les plus peuplés d’Asie du Sud (Inde et Bangladesh) et d’Afrique subsaharienne (Nigéria, Éthiopie et République démocratique du Congo) qui comptent le plus grand nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté. Avec plus de 170 millions de pauvres en 2015, l’Inde totalise le plus grand nombre de démunis et ce chiffre représente près du quart de la pauvreté mondiale. Ainsi, dans la région d’Asie du Sud, quatre personnes extrêmement pauvres sur cinq vivent en Inde. Avec un taux de pauvreté de 13,4 % et une population qui atteint pas moins de 1,3 milliard d’habitants, l’Inde compte, en valeur absolue, un grand nombre de pauvres. (…)
Au cours des dernières années, le rythme de la réduction de la pauvreté s’est ralenti. Entre 2013 et 2015, la pauvreté a reculé de 0,6 point de pourcentage par an, alors que la baisse moyenne des 25 dernières années était d’un point par an. (…)
Selon cette analyse, pour que l’objectif de mettre fin à l’extrême pauvreté dans le monde d’ici à 2030 soit atteint, il faudra que le revenu des 40 % les plus pauvres augmente de 8 % ou plus chaque année. En fonction des taux de croissance actuels, les scénarios suggèrent un taux d’extrême pauvreté supérieur à 5 % en 2030 ».

Plus de 700 millions de personnes vivent avec moins de 2 dollars par jour, ce qui fait plus que la population de l’Union européenne, ou deux fois celle des Etats-Unis. Ceci rappelle tout d’abord le creusement des inégalités, avec l’importante hausse des sommes perçues par les plus riches. Cela souligne ensuite qu’une part importante de ces plus pauvres vivent dans notre région, notamment à Madagascar.

Malgré tous les efforts, grand est le risque que l’Objectif de développement durable numéro un, l’éradication de la pauvreté, ne soit pas atteint en 2030. Pendant ce temps, les effets du changement climatique se feront toujours plus ressentir, avec les plus pauvres en première ligne. La Réunion se situera dans une région qui verra ses bouleversements, elle ne sera pas à l’écart. D’où l’importance de s’impliquer dans la bataille mondiale pour l’éradication de la pauvreté. Cela passe par le renforcement de la solidarité avec nos voisins et aussi entre Réunionnais, afin qu’en 2030, La Réunion puisse être libérée de la pauvreté.

J.B.