Edito

La vie est chère pour tout le monde

J.B. / 28 novembre 2017

JPEG - 13.7 ko

La ministre des Outre-mer a réagi hier au sujet de la sur-rémunération. Annick Girardin était l’invitée de la matinale de Public Sénat. Le sujet principal de l’émission « Territoires d’infos » était le référendum d’autodétermination qui doit se tenir en novembre 2018 en Kanaky. Les habitants de l’archipel décideront alors s’ils veulent ou pas devenir un État indépendant. Cette émission de télévision a aussi été l’occasion d’aborder un sujet qui concerne La Réunion : la sur-rémunération des fonctionnaires. Elle était interrogée sur un rapport de la Cour des comptes concernant la sur-rémunération, la Cour des Comptes propose une refonte du système en alignant la sur-rémunération sur le différentiel réel de coût de la vie avec la France, et en proposant d’investir les économies faites dans les pays concernés. Voici sa réponse :

« Dans ce gouvernement, il n’est pas question de remettre en cause la sur-rémunération dans les outre-mer. La sur-rémunération est calculée avec deux éléments. D’abord le coût de la vie dans les territoires d’outre-mer, et donc la sur-rémunération a des taux différents selon les territoires. Ensuite l’éloignement, je pense qu’il faut tenir compte de cet élément d’éloignement. Ce n’est pas le même coût de pouvoir aller en Polynésie et revenir que d’aller aux Antilles et revenir, on voit que le périple n’est pas le même non plus. Donc il y a ces deux données. Le gouvernement précédent avait travaillé sur le coût de la vie dans les territoires d’outre-mer. Il faut continuer pour qu’il y ait davantage de possibilité de faire baisser les prix dans les territoires d’outre-mer, autant il faut accompagner le développement économique. La fonction publique a souvent été une réponse dans les territoires d’outre-mer à l’absence de développement économique. On a fait du social, on a fait de l’accompagnement à travers la fonction publique. Cette fonction publique qu’il faut d’ailleurs maintenir car il y a besoin d’ingénierie. Mais il y a aussi et surtout besoin d’un développement économique. Un territoire qui ne produit pas est un territoire qui se meurt. Beaucoup de territoires aujourd’hui doivent retrouver un élan dans les productions de leur territoire. Je suis contente que Bruno Le Maire parle de cette relance de l’industrie, de cette relance de l’économie française.

Coût de la vie et éloignement sont deux facteurs qui s’appliquent à la moitié de la population. En effet l’éloignement ne concerne pas uniquement les marchandises. Dans le cas de La Réunion, 70 % des marchandises importées viennent d’Europe. Elles sont donc vendues plus cher qu’en Europe puisqu’au coût de la marchandise produite s’ajoute celui du transport et des bénéfices d’intermédiaires qui sont plus nombreux. En bout de chaîne, le consommateur paie plus cher, qu’il ait ou pas la sur-rémunération.

Une fois de plus, une représentante d’un gouvernement botte en touche. En effet, quelles sont les réponses apportées à la majorité de la population qui souffre de la vie chère, mais qui n’a pas la sur-rémunération ?

J.B.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • En effet, à mon avis la sur rémunération destinée aux fonctionnaires seulement instaure un sentiment d’injustice et entraîne une augmentation insidieuse des prix qui ne s’explique pas seulement par les 70% des produits importés puisque nous arrivons à payer des produits locaux comme les fruits par exemple plus chers qu’en métropole noix de coco 5e, mangues 9e le kg ... letchees 7e .Puisque certains les achètent (car ils le peuvent ) pourquoi ne pas les vendre plus chers ! En plus à la Réunion la majoration vie chère est de 35% mais il y a une autre allocation spécifique à la Réunion... On arrive presque à 50%. Pourquoi ? C’était peu être nécessaire à une certaine époque pour inciter les gens à travailler ici mais maintenant ... Pourquoi ne pas diminuer la sur-rémunération dans certain Dom et les mettre ailleurs à Mayotte par exemple, ou en Guyane ou on souffre cruellement de gens qualifiés. A Mayotte le lagon et les 40% vie chère ne suffisent pas pour les fonctionnaires viennent et restent ( j’y ai vécu 3 ans !) Mais quel gouvernement voudrait toucher aux fonctionnaires !

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Travailler à Mayotte, c’est une bonne idée de voir des Réunionnais appâtés par une prime supplémentaire de vie chère débarquer la bas. Mais qu’en pense les Mahorais de cette idiotie, eux qui ont des jeunes sur-diplômés ( comme nous ici ), de voir les emplois de la fonction publique attribuer à des voisins. Régulièrement, je pars à Mayotte et je rencontre des jeunes attristés d’être mis à l’écart alors qu’ils ont le potentiel d’accéder aux responsabilités de leur ile. Je discute avec certains qui me disent qu’ils n’osent plus faire face à l’échec qu’ils ont connu. Alors faut-il encore rajouter un élément qui attire les chasseurs de prime ou bien faut-il créer les conditions favorisantes, pour que le jeune mahorais diplômé accède à ces fonctions.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Avec une réelle égalité, il n’y aura plus ce genre de problème, d’injustice sociale. De plus avec le climat tropical, nous faisons déjà des économies de chauffage, en effet, il faut prévoir entre mille et deux milles euros par an pour se chauffer, suivant le lieu où on habite et les performances énergétiques, double ou triple vitrage,chaudière récente basse consommation ou pas etc...
    Il faudrait qu’ensuite, l’Etat paie le transport des marchandises à savoir, effectué par la mer pour la très grande majorité d’entres elles. Le coût de transport maritime est faible, beaucoup plus que celui de la route. Un exemple, pour une TV grand écran venant de Chine, "l’usine du monde", raméné à celle-ci, le coût est de seulement un Euro sur mille duprix de vente soit quelque chose de négligeable. Ensuite, il y a l’octroi de mer, une mane pour toutes les communes qui se partagent ce gâteau, la preuve, connaissez-vous certaines d’elles qui est contre ce système ? Moi pas.
    Pour finir, j’ai connu des chasseurs de primes, qui me faisaient honte dans leur agissement face aux autoctones, aux indigènes on disait même du temps des colonies, "béni" pour certain(e)s, comme le chantait jadis Michel Sardou. On vit une époque formidable, bon WE à tous et toutes, déjà Décembre, et ce WE, on vote en Corse pour (ou contre) la fusion des deux département "2A" et "2B" en un seul avec la Région. A quand la même bonne idée ici, une seule Réunion, c’est déjà fait, on a oublié le projet de "bidép", mais des doublons subsistent entre les Conseils départemental, ex Général et la Région, celle du "tout voiture-camion", contre le train hélas. Arthur.

    Article
    Un message, un commentaire ?