Edito

Le Chômeur et le Banquier.

J.B. / 4 janvier 2019

JPEG - 37.1 ko

Un Chômeur ayant bavé toute la vie en attendant un emploi a eu la désagréable surprise d’entendre le président de la République signifier qu’il est responsable de sa situation de chômeur. Pire, Macron a décidé de le sanctionner par un salaire low cost. Donc, les employeurs n’auront plus à tenir compte de son niveau de salaire antérieur. C’est la fin du Smig. Seul le contrat entre l’employeur et le travailleur fera foi. On voit la scène : Macron dans le rôle de l’esclavagiste moderne va jeter en pâture la masse de chômeurs à une horde d’employeurs qui n’attendent qu’un signal pour licencier massivement les travailleurs actuellement en poste et les remplacer les low cost de Macron. Il suffira de traverser la rue...

Dans le même temps, un banquier véreux qui aura mis sa banque en déficit n’aura qu’à traverser la rue pour trouver chez Macron une oreille attentive. Il n’est pas considéré comme responsable des gabegies. Mieux, des fonds publics seront mobilisés pour apporter des “liquidités” pour relancer la spéculation. C’est ainsi que l’argent public est transformé en profits privés. Des milliers de milliards ont été transférés aux banques depuis 10 ans. Le déficit public de la France est supérieur à 3% du PIB. L’endettement a dépassé les deux milles milliards.

Selon que vous serez Chômeur ou Banquier, Macron accordera du mépris pour les premiers mais de la considération pour les seconds.

J.B.