Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Cliquez et soutenez la candidature des Chagossiens au Prix Nobel de la Paix

Accueil > Politique > Edito

Le dilemme des parlementaires indignés…

samedi 10 juin 2023, par Ary Yée Chong Tchi Kan


Au lendemain de la 14e manif, une majorité de Députés allaient voter la proposition de loi déposée par le groupe LIOT. S’il était désavoué, le gouvernement aurait été obligé de démissionner, entraînant probablement celui du Président de la République. Rendant compte des manifs, nous avions titré « vers la démission du gouvernent » ?


Le sauvetage de l’Exécutif est venu de la présidente de l’Assemblée législative qui a annoncé qu’elle ne mettra pas au débat la proposition de loi. Le plus cocasse, c’est que l’annonce a été faite à la télévision, avant même la tenue de la séance plénière ! Devant une assemblée de représentants du peuple ébahie, tout le monde dénonce la démocratie bafouée.

Pour faire simple, le texte demandait d’abroger l’âge du départ à la retraite à 64 ans, car cette décision n’a pas été soumise à un vote des Députés. Le gouvernement avait utilisé un subterfuge pour faire passer une loi fondamentale. La séparation du pouvoir n’existe plus. Pourtant, on apprend aux scolaires que « l’Assemblée nationale se situe au cœur de notre démocratie. Elle est née en 1789 lorsque les députés du tiers-Etat ont juré de ne pas se séparer tant que ne serait pas établie une Constitution. Les députés sont élus pour représenter la Nation tout entière et le peuple français. Ils ont pour mission de voter les lois, de contrôler l’action du Gouvernement et d’évaluer les politiques publiques. »

La France est devenue un pays où une seule personne fait ce qu’il veut et se moque du peuple et de sa représentation légitime. Dès lors, il y a superposition des pouvoirs. Les Parlementaires sont indignés. Du haut de son perchoir, la présidente Yaël Braun-Pivet avait le sourire narquois, se permettant de donner des leçons de politesse à une Députée qui ne l’avait pas salué…C’est vraiment peu devant des actes anti-démocratiques qui ont été qualifiées de « forfaiture », « d’imposture ».

Dans ces conditions, quels avantages les élu-e-s ont-ils à continuer de servir de caution à un système qui fonctionne contre le peuple ?

Ary YEE-CHONG TCHI-KAN


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Messages

  • Pour changer, il faut participer à la vie citoyenne, si j’ose dire "à l’écrit" c’est à dire en allant voter, tout simplement, faut-il rappeler que c’est un devoir, que c’est gratuit, et que l’on peut le faire par procuration lorsqu’on n’est pas capable d’y aller pour cause d’éloignement, maladie, hospitalisation ? Voter "à l’oral", c’est à dire en criant, pire en détruisant les biens publics comme les mairies, les écoles, les médiathèques, ou privés comme les boutiques, les maisons, les restaurants, cela ne rime à rien et donne une très mauvaise image du pays vue de l’étranger ou bien pour les personnes qui voudraient s’y rendre, les touristes. C’est ce qui c’est passé il y a 2 semaines. Certains osent se plaindre surtout après ou bien affirment qu’ils ont bien fait de ne pas y aller, voyant les résultats finaux, un comble non ? Sachez que dans les quartiers dits sensibles, le tau de participation est ridicule, c’est révélateur, non ? Enfin, on verra bien pour les prochaines élections, si changement, prise de conscience il y aura ?..... Arthur qui pédale en attendant le TER péi Ste Rose St Joseph enfin. Bon WE zot tout. Patience encore et encore.


Facebook Twitter Linkedin Google plus