Edito

“Le gro i manz le pti”

LB / 26 juillet 2007

Cette expression a traversé toute l’Histoire réunionnaise : “le gro i manz le pti”. Elle s’applique parfaitement à ce qui se passe chez REP, où les travailleurs doivent faire grève pour pas grand chose : le paiement de leurs heures sup’, 39 centimes de plus pour le salaire horaire et l’application de la convention collective de France. Le patron les envoie paître, il n’y a pas de dialogue social.
Dans un rapport publié le 19 juillet et cité par “La Croix”, le sénateur UMP Philippe Marini note : « entre 1998 et 2006, le montant du patrimoine immobilier des assujettis à l’ISF (impôt de solidarité sur la fortune) est passé de 115,8 milliards d’euros à 374,3 milliards d’euros, soit une hausse de 224% ».

Quand “le gro i manz le pti”, voilà ce que cela donne. Et cela prend une dimension planétaire depuis les débuts de la colonisation, qui continue sous d’autres formes aujourd’hui.
Pendant des siècles, les plus riches des pays riches ont pillé les pays pauvres, où ils ont surexploité les esclaves et les salariés. Maintenant qu’ils ont étendu leur système au niveau mondial, ils disent aux plus pauvres : si vous voulez nous vendre vos produits sans taxe, vous devez nous donner en contrepartie le droit de vous envahir avec nos services et là vous allez déguster...!

C’est exactement ce qui se prépare avec l’approche de la date fatidique du 1er janvier 2008, où vont s’appliquer les accords de partenariat économique (APE) entre l’Union européenne et les pays ACP (Afrique, Caraïbe et Pacifique). Ces accords mettront les économies dominennes directement en concurrence avec celles des pays ACP.
Les conséquences seront catastrophiques pour tout le monde. Il est temps de créer des économies solidaires.

L. B.