Edito

Le Pape François, un messager politique.

Visite du Pape François en Afrique

Témoignages.re / 7 septembre 2019

Il a été au Mozambique pour soutenir les initiatives de Paix civiles et s’adresser aux victimes de cyclone Idai. Vendredi après midi, il est arrivé à Madagascar où il séjournera jusqu’à Mardi. Puis, il se rendra à Maurice. Il ne viendra pas à La Réunion. Il est clair que Madagascar est le centre d’intérêt politique du Chef de l’Etat du Vatican. En attendant, les discours et les gestes symboliques, le programme donne un aperçu de ses préoccupations. Nous consacrerons 3 papiers à son parcours sous l’angle politique et idéologique.

Il a été reçu par le jeune couple présidentiel, à son arrivée à Ivato. Il sera reçu officiellement par le jeune Président au Palais, puis il rencontrera les autorités et les corps constitués. Il aura une grande activité d’ordre religieux. Il visitera le village d’Akamasoa du père Pedro appelé “la Cité de l’Amitié”. Il consacrera le dernier jour aux “prêtres, religieuse et religieux, les personnes consacrées et les séminaristes au collège Saint Michel”.

L’Eglise a été éclaboussée par de nombreuses affaires de ses membres et il fallait revaloriser sa mission générale par des faits positifs. Le Pape est un fervent soutien de la lutte pour “la sauvegarde de la maison commune”. Il a pesé sur la COP21 en publiant l’encyclique Laudato Si. La situation au Mozambique lui offrait une parfaite illustration : dégâts cycloniques, pauvreté et affrontements armées. Il a soutenu le processus de Paix et de Réconciliation dans cette ancienne colonie portugaise déchirée par les conséquences de la lutte armée. Il a rendu hommage à la jeunesse et a exhorté les jeunes à s’engager. Madagascar est l’illustration que c’est possible. Le jeune couple présidentiel catholique, fervent soutien du Père Pedro et de la Cité de l’Amitié, un village sorti d’un dépôt d’ordure, totalement construite sur la solidarité. Les résultats de l’action du père Pedro est une application du rôle social de l’Eglise que la Pape appelle de ses voeux. Cerise sur le gâteau, il rencontrera un ancien élève ; il pourrait signifier que ses enseignements avaient du bon.

L’impact de ces visites est social et politique. Devant le vide idéologique laissé par les échecs des expériences socialistes, la fièvre mercantiliste et consumériste emporte toute la société, accentue les inégalités et détruit la planète. Le Pape montre la voie de la réconciliation, de la solidarité et de la fraternité. A la jeunesse Mozambicaine en liesse, il dira “ne vous laissez pas voler votre joie”. Aux autorités politiques, il encourage la Paix : “l’histoire n’est pas une lutte fratricide mais la capacité de se reconnaître comme frère, fils d’une même terre, administrateurs d’un destin commun”. Au monde entier, il dénonce le capitalisme mondialisé : “l’obsession d’accumuler”, en particulier par des personnes qui ne sont pas “motivées par le bien commun de votre peuple”.

Ary YEE CHONG TCHI KAN