Edito

Le Pape, un messager politique (3)

Edito

Ary Yée Chong Tchi Kan / 9 septembre 2019

Comme promis, voici le 3ème papier concernant la visite du Pape dans notre zone. Le sous titre était facile : “Un million de personnes au meeting du Pape”. On parlera longtemps de l’impact mondial de ce rassemblement. Aura-t-il réussi à lever 1 million de combattants Malagasy contre le dogme de l’accumulation de l’argent facile ?

Dans ce pays qui cumulent à l’excès toutes les contradictions du monde, il s’est voulu offensif. Il a attaqué la corruption. C’est probablement le moment le plus attendu, bien au-delà de la sphère religieuse. Il l’a associé également au clientélisme électorale. Selon le journal “La Croix”, il a appelé “les autorités à lutter avec force et détermination contre toutes les formes endémiques de corruption et de spéculation qui augmentent la disparité sociale, et à affronter les situations de grande précarité et d’exclusion qui produisent toujours des conditions de pauvreté inhumaine”.

L’espoir et le chemin qui conduit à la résolution de la pauvreté, il l’a trouvé à “la Cité de l’Amitié” du Père Pédro. D’abord, comme application concrète de ce qu’il professe auprès des acteurs de l’Eglise quand il leur demande de sortir des lieux convenus et de descendre sur le terrain de l’action sociale, pratique. Tout juste si il n’en pas fait un exemple. Un demi-million de personnes ont trouvé ici un sens à l’humanité. Ça tranche avec les camps de réfugiés en tout genre qui peuplent la planète. Ça interroge les autorités politiques du pays : pourquoi est-ce si difficile de faire pareil dans d’autres régions ?

L’Homme de synthèse, a-t-il trouvé dans l’histoire de cette cité, une réponse chrétienne aux questions sociales et politiques contemporaines ? Une sorte de “Communale” ? Un lien avec les remarques qu’il a lancées au Mozambique : “affronter la réalité telle qu’elle est”, ne pas rester “à la nostalgie du temps passé”. Sûr qu’on parlera longtemps de cette visite aux pays des 3 M : Mozambique, Madagascar et Maurice.

Ary YEE CHONG TCHI KAN.