Edito

Le réchauffement climatique est une réalité, maintenant que faire ?

David Gauvin / 23 mars 2021

Des précipitations record et de vastes crues ont entraîné samedi des évacuations le long de la côte Est de l’Australie, où le principal bassin de retenue de Sydney a débordé pour la première fois en 30 ans. Il y a un an, cette même région était touchée par la pire sècheresse depuis 50 ans. En 12 mois, la côte est de l’Australie aura vécu, des événements climatiques intense à un niveau jamais connu. Le réchauffement climatique n’est plus un risque mais une réalité.

JPEG - 201.9 ko

La température moyenne globale de la planète a augmenté de 1.1°C entre 1850 et 2017. Le changement climatique est variable selon les régions. Par exemple, les zones polaires se réchauffent deux fois plus rapidement que le reste du monde. En continuant sur la trajectoire actuelle de réchauffement climatique, la banquise arctique pourrait disparaître totalement d’ici quelques dizaines d’années. Selon l’un des derniers rapports du GIEC, un réchauffement planétaire de plus de 1,5°C provoquerait des dérèglements climatiques sans précédent : multiplication des épisodes de sécheresse, intensité des précipitations… Ces évènements climatiques extrêmes pourraient devenir plus fréquents et avoir des impacts irréversible sur l’environnement.

La hausse du niveau des océans est sans aucun doute la conséquence la plus redoutée et la plus connue du réchauffement climatique. De nouvelles estimations montrent qu’au moins trois fois plus de personnes que prévues seront affectés par des inondations marines, principalement en Asie. 20 % de la population mondiale vit à moins de 30 km des côtes, pour beaucoup dans des métropoles côtières. Les espaces littoraux sont à la fois des écosystèmes et des territoires fragiles où se concentrent les populations et les activités économiques, ils sont donc particulièrement vulnérables. Le réchauffement climatique en cours induit mécaniquement une augmentation du niveau des océans, sans doute la conséquence la plus redoutée. Or, la hausse du niveau de la mer s’accélère progressivement ces dernières décennies, au lieu d’augmenter de manière linéaire ; les dernières estimations pour la fin du siècle sont de plus en plus pessimistes et envisagent jusqu’à 2 mètres d’augmentation.

La Réunion est très exposée à ces évènements. Au vu de la montée attendue du niveau de la mer, toute la bande littorale où se concentrent la majorité de la population sera recouverte par la mer. De même, nous constatons aussi des écarts de température de plus en plus forts avec des étés de plus en plus chaud et des hiver de plus en plus froid. Si nous regardons ce qui se passe en Australie, on peut aussi attendre des épisodes de pluie centenaire. Nous encourons un drame au vu de la situation du logement à la Réunion, 108 000 Réunionnais sont mal logés. La sont les problèmes de fond qui doivent être réglés. Mais nous constatons que certain ne peuvent sortir de la critique stérile, du bruit…pour rien. Face à eux, un front responsable se crée pour changer la vie des Réunionnais et leur assurer un avenir meilleur. Il reste à chacun de choisir son avenir, un changement en profondeur ou encore plus de clientélisme et d’immobilisme.

Le changement climatique s’est produit à cause du comportement humain, donc il est naturel que ça soit, aux êtres humains, de résoudre ce problème. Il se peut qu’il ne soit pas trop tard si nous prenons des mesures décisives aujourd’hui. Ban Ki-moon

Nou artrouv’

David Gauvin