Edito

Lego remplace le plastique par la canne à sucre

J.B. / 21 août 2018

JPEG - 13.7 ko

Lego est un géant mondial du jouet. Il a basé son succès sur un jeu de construction à partir de briques qui s’emboîtent. Jusqu’à présent, ces briques sont faites de plastiques. 31 milliards sont fabriquées tous les ans, à partir d’un produit dérivé du pétrole.

Voici 3 ans, Lego a investi 130 millions d’euros dans un centre de recherches pour trouver des alternatives au plastique. Une première application est mise en œuvre depuis le 1er août. Ce sont des briques en polyéthylène végétal à base de canne à sucre. L’éthanol remplace le pétrole comme matière première du composant.

Pour le moment, les pièces concernées par ce produit dérivé de la canne à sucre sont ceux représentant les végétaux dans le jeu de construction. Mais l’objectif est d’arriver dans 12 ans à une production sans plastique dérivé du pétrole, où la canne à sucre deviendra donc la base d’un des jeux les plus connus dans le monde.

L’expérience de Lego rappelle qu’à La Réunion, les planteurs disposent d’une richesse dont les limites sont encore loin d’être connues. Lorsque l’on sait que le plastique est omniprésent et pose d’importants problèmes de recyclage, il s’avère donc que c’est à La Réunion qu’il existe une partie de la solution.

J.B.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Cet édito confirme ce que le parti communiste dit depuis des années. Soit que la canne a sucre peut être une des bases du développement de La Réunion : des centaines de produits peuvent en effet avoir la canne comme matière première. L’expérience des réunionnais pour produire la canne est sans pareille dans le monde. Ne coupons pas la branche sur laquelle nous pourrions être assis et bien assis.La canne c’est le sucre mais c’est beaucoup de choses en plus que cela.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Oui M/Gauvin. Cela m’emmène à une question .
    Pourquoi avoir supprimé la production de bagapan, que de ,nombreux habitants de La réunion ont utilisé il y a plusieurs années ??

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Canne = Sucre, Bagasse, Alcool … La canne qui tient debout grâce aux subventions dont celles de L’Europe. Europe qui se tient mal, départ de la Grande Bretagne, menace de La Grèce, de L’Italie … Les surfaces occupées diminuent chaque année, construction des routes, viabilisations par certains endroits, donc le combat est plus de pouvoir maintenir la production par les surfaces attribuées. Ce qui sera la même chose pour la bagasse fournie et qui sera de moins en moins dans la part de production de l’énergie électrique en % à chaque année par la progression de la consommation.

    La basse jusqu’aux années soixante-dix début 80 était pour la presque totalité consommée par les usines elles mêmes pour produire de la vapeur pour certaines machines et électricité pour d’autres, la part vers le réseau EER était infime. La diminution du nombre des usines leur modernisation va se faire vers des machines toutes électriques, Beaufonds va construire en dehors de l’usine, une centrale à bagasse plus performante afin d’alimenter l’usine et le surplis vers le réseau EDF. Mais cela qu’en période sucrière puisse que bagasse. Beaufonds disparu l’appât du gain entre-autres avec comme associé Charbonnage de France vont être construite à côté des deux usines restantes Bois-Rouge et Le Gol, à chacune une centrale Bagasse-Charbon pour produire de l’électricité. L’appât du gain veut que TOUTE l’énergie produite soit envoyée (VENDUE) vers le réseau EDF et pour leur consommation achète à EDF. Quoique cela arrange la dite service public qui d’années en années baisse les armes laissant la plus grande part au privé. Produire eux même revenant plus cher (Entreprise d’ETAT donc logique) cela emmène aujourd’hui la part de production privé est de plus de la moitié.

    Quant à parler du Bagapan cela a été produit à faible quantité à La Mare cout et qualité font que la production va s’arrêter rapidement. Faible résistance à l’humidité difficultés de peindre ou vernir, fixation pratiquement impossible mise à part avec des « colles » ou là aussi la quantité à utiliser est un handicap. La fabrication du meuble-pays disparu ce produit ne peut être utilisé autrement soit en coffrage pour les constructions.

    Alcool ? Tiens il y a eu jusqu’aux années 60 de la production d’alcool à brûler, pour cuisiner, le bois pour les résidents de campagne et l’alcool ou pétrole pour la ville. L’arrivée du gaz butane et le cout de l’alcool vont faire que cela a disparu complètement. L’alcool vers le Rhum et autres vont devenir un moyen financièrement plus attrayant depuis les années 70/80 ce coté va se développer au fil du temps.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • A mon avis, au vu de ce qui se passe, il faut passer à autre chose, se diversifier, cultivier en BIO et ne plus faire du "conventionnel" soit, pour le dire plus correct, stopper au plus vite l’agriculture intensive-chimique qui tue tout à petit feu ! La Réunion peut devenir autonome en énergies et en produits agricoles, il faut faire des efforts, comme par ex pour le sel, même si on encourage les amateurs à moins en consommer (risques cardiaques graves !). Alors les élus, ne nous décevez-pas, agissez ! Vous avez gagné les élections pour ça, la volonté d’améliorer les choses non ? Vive le retour du train, un TER-PEI" enfin, Arthur.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Bonne nouvelle, Nicolas Hulot sera ravi lui aussi, enfin. C’est vrai que l’on peut toujours dire, à juste raison, puisque c’est une bonne idée, qu’on aurait du le faire avant. Comme sur l’île de la Réunion, le retour du train, un "TER-PEI" de St Benoît à St Joseph. Concernant les plastiques qui sont des bombes à retardement avec les perturbateurs endocriniens qu’ils continennent puis diffusent dans nos organisme, on attend impatiemment, les animaux aussi, que l’on ne propose plus des pailles, couverts, gobelets et autres plats, barquette en plastique. Le bois fait aussi parti des remplaçant, il est déjà présent dans la vaisselle jettable, il suffirait d’une très bonne volonté, qui serait félicitée, enfin, si on est sensible comme nous. Bonne continuation. Arthur.

    Article
    Un message, un commentaire ?