Edito

Les adversaires du PCR étaient déjà atteints de myopies, ils sont devenus aphones depuis dimanche

J.B. / 12 décembre 2017

JPEG - 13.7 ko

Voici ce que nous écrivions le 16 septembre 2017, suite à une conférence de presse du PCR.

« Au 1er janvier, la Corse aura une Assemblée Unique. Difficile de réclamer moins. Il faudra profiter pour moderniser le découpage des communes. Les nouvelles compétences permettront de discuter en direct avec nos voisins du Co-développement, des Accords Commerciaux, de fiscalité propre.

Et le PCR de conclure : dans un pays sinistré, marqué par la pénurie d’emplois, la pénurie de logements, l’apartheid social, la baisse de participation électorale, les élus réunionnais seront jugés sur leurs contributions à améliorer le sort de leurs concitoyens et redresser l’économie du pays ».

Trois mois se sont écoulés et les Corses viennent de désigner la direction de leur nouvelle assemblée. Ils ont fait confiance à une coalition composée d’autonomistes et d’indépendantistes.

Ce résultat doit faire réfléchir les démocrates et communistes. Pourquoi les adversaires du PCR veulent sa disparition et n’y sont pas parvenus ? Tout simplement, l’émancipation des peuples colonisés est un mouvement historique. L’émancipation de la tutelle parisienne vient de faire un saut qualitatif. Des négociations vont s’ouvrir entre la direction de la nouvelle assemblée avec le gouvernement. Du coup, tous ceux qui ont combattu le projet collectif du PCR sont perdus.

Pourtant, les signes d’une transformation sociale étaient déjà visibles, dix ans après le vote du 19 mars 1946. Nous le rappelions ici-même le week-end dernier.

« Le Parti Socialiste Guyanais a été crée en 1956. Le Parti Communiste Martiniquais a vu le jour en 1957. Le Parti Progressiste Martiniquais et le Parti Communiste Guadeloupéen ont été fondés en 1958. Le Parti Communiste Réunionnais a clôturé la liste, en 1959 ».

La question est donc : pourquoi, il y a 6 décennies des responsables politiques avaient une telle clairvoyance ? Pourquoi, aujourd’hui, il y a ce vide idéologique à opposer au PCR ? Les adversaires de l’Autonomie étaient déjà atteints de myopies, ils sont devenus aphones depuis dimanche.

J.B.