Edito

Les combats que Paul Vergès nous a légués

David Gauvin / 6 mars 2021

Hier, le 5 mars, c’était la date anniversaire de la naissance de Paul Vergès. Il aurait eu 96 ans. Mais plus que la figure tutélaire, il est important pour nous de continuer son combat, tout en l’adaptant aux nouvelles réalités de la société réunionnaise.

JPEG - 55.1 ko

La planète brule pendant que les puissants tentent de tirer le plus qu’ils peuvent de ce champ de ruine. Le réchauffement climatique est inéluctable mais des mesures peuvent être prises pour le freiner. L’heure n’est pas à se partager les derniers morceaux du gâteau mais de déclarer l’urgence climatique. Mettre en place une alternative décarbonée permettant de se déplacer ne peut plus attendre. Il est grand temps que la Réunion se dote d’un Tram Train.

L’identité réunionnaise s’effrite. Certains ont réussi à importer chez nous des clivages et des séparatismes qui n’existaient pas. On parlait de Réunionais d’origine chinoise, ou encore de malbar de La Réunion. Maintenant certain vont rechercher la citoyenneté du pays fantasmé des origines tout en important ici des clivages de là-bas. On parle de Mahorais ou de Comorien alors que l’on devrait parler de Réunionnais d’origine mahoraise, grand comorienne ou anjouanaise. Cette intégration à la française nuit à l’unité d’un peuple soudé par les mêmes conditions de subsistance. Le seul prisme d’analyse de la société réunionnaise doit être celui des classes et non des origines. D’où l’urgence de la Maison des Civilisations et de l’Unité Réunionnaise.

La pandémie mondiale a montré les limites de la mondialisation libérale. Les échanges continus entre les différents pays ont trouvé leurs limites dans la propagation mondiale du virus. Les matières premières ne sont plus mises en priorité sur les marchés mondiaux mais réservées au pays producteurs qui craignent les famines. D’ailleurs la Chine a en quelques heures acheté tous les stock mondiaux de blé afin d’assurer l’approvisionnement de sa population. L’analyse des marchés mondiaux des produits pétroliers est la même. Dans ce contexte, l’autosuffisance énergétique et l’autonomie alimentaire ne peuvent plus attendre pour la protection du peuple réunionnais.

Nous ne trouverons plus quelqu’un à la hauteur de Paul Vergés, mais une nouvelle génération de combattant est prête à prendre le relais pour faire aboutir ces projets dont l’actualité montre la pertinence et l’urgence.

Il plus beau de transmettre aux autres ce qu’on a contemplé que de contempler seulement. Saint Thomas d’Aquin

Nou artouv’

David GAUVIN