Edito

Les Jeux de la Paix sont une réalité

J.B. / 13 février 2018

JPEG - 13.7 ko

Depuis le début de l’année, la perspective des Jeux olympiques de Pyenongchang a considérablement fait baisser la tension en Corée. En quelques semaines, la situation est passée de la menace d’un conflit impliquant deux pays détenant des armes nucléaires, Corée du Nord et Etats-Unis, à celui de la proposition d’une rencontre au sommet entre les deux dirigeants de la péninsule coréenne.

Un jour après la cérémonie d’ouverture, une équipe de hockey sur glace composée de sportive des deux États coréens a participé à un match. La rencontre s’est déroulée avec en tribune le président de la Corée du Sud, le chef d’État de la Corée du Nord et le président de la Corée du Sud.

Auparavant, lors d’une rencontre avec le président de la Corée du Sud, Kim Yo-jong, membre de la délégation de la Corée du Nord, a transmis une invitation de Kim Jong-un à une rencontre au sommet entre les dirigeants des deux États coréens. Une telle rencontre n’a pas eu lieu depuis 10 ans. Elle a été accueillie favorablement par le président Moon Jae-in. Ce dernier a inscrit dans son programme l’amélioration des relations avec la Corée du Nord.

Alors que ces faits soulignent que la discussion est plus efficace que l’épreuve de force, un troisième acteur reste à l’écart. En effet, lors de la rencontre de samedi, le vice-président des États-Unis était présent. Il a refusé tout contact avec la délégation de Corée du Nord. Rappelons que depuis son élection, le président Trump n’a cessé de multiplier les messages belliqueux à l’encontre de la Corée du Nord. Il a même créé un dangereux précédent aux Nations Unies, puisqu’il a utilisé cette tribune pour appeler à la destruction d’un autre État.

Les États-Unis sont en effet un acteur essentiel. Plus de 20.000 soldats de son armée sont stationnés en permanence en Corée du Sud. C’est la tête de pont la plus avancée de ce pays en Asie, elle permet à Washington de disposer de bases militaires sur le même continent que la Chine, à quelques centaines de kilomètres de la frontière du principal rival économique des États-Unis.

Les discussions entre Coréens ont montré l’échec de la stratégie états-unienne de montée de la tension. Les négociations se font sans Washington. Les Jeux de la Paix sont une réalité, malgré les tentatives infructueuses des va-t-en-guerre.