Edito

Les maisons des milliardaires de Hidden Hills épargnées par les incendies de Californie

J.B. / 19 novembre 2018

JPEG - 13.7 ko

Le bilan des feux de forêts en Californie ne cesse de s’alourdir. Il est actuellement de 63 morts et plus de 600 disparus. Une ville de plus de 25.000 habitants a été rayée de la carte, et les pompiers continuent de lutter contre des incendies qui continuent de progresser. Ceci rend l’air de San Francisco irrespirable, et les piétons sont obligés de porter un masque pour se protéger des fumées.

Plusieurs facteurs expliquent cette catastrophe. L’aménagement est pointé du doigt, avec la multiplication des constructions en bordure des forêts. L’influence du changement climatique est également incontestable. Entre 2011 et aujourd’hui, la Californie a connu une période de sécheresse exceptionnelle, rendant les forêts aussi inflammables que du bois de chauffage.

Mais il subsiste un îlot de tranquillité dans cet océan de dévastation, c’est la ville de Hidden Hills qui comporte bon nombre de maisons de milliardaires. Elle a pu être protégée parce que les habitants ont pu compter sur une brigade de pompier privée disposant de moyens suffisants pour empêcher les flammes de progresser vers les maisons, révèle le Huffington Post.

Ceci rappelle une fois de plus que le changement climatique est un révélateur supplémentaire des inégalités de la société. En effet, le service public de lutte contre les incendies ne disposait pas des moyens de la brigade privée. C’est la conséquence d’une politique qui vise à diminuer la contribution des plus riches au fonctionnement de ces services publics. Une partie de l’argent qu’ils ont pu économiser a alors été investi dans la création d’un service qui protège uniquement leurs intérêts.

Ceci souligne que la lutte contre le changement climatique impose le renforcement de la solidarité pour que toute la population dispose de la meilleure protection contre les effets des phénomènes climatiques extrêmes. D’où la nécessité de politiques en rupture avec tout ce qui s’est fait jusqu’à présent.

J.B.