Edito

Les Réunionnais continuent de payer l’arrêt du tram-train

J.B. / 1er mars 2017

Il a suffi d’une opération de distribution de tracts hier matin sur l’une des deux entrées Ouest de Saint-Denis pour qu’un énorme embouteillage se développe jusqu’à La Possession, distante de plus de 12 kilomètres de là. L’origine de cet événement est la décision de stopper le chantier du tram-train.

En janvier 2007, Paul Vergès a négocié auprès du gouvernement une aide exceptionnelle de l’État pour financer deux grands chantiers : un tram-train et une nouvelle route du littoral. Au total, les subventions de l’État, de la Région et de l’Europe s’élevaient à 2,2 milliards d’euros. Le tram-train devait être achevé en 2012, et la NRL en 2017. Cela signifie que si les signatures de l’État et de la Région Réunion avaient été respectées, cela fait bien longtemps que les Réunionnais verraient circuler un train entre Sainte-Marie et Saint-Paul, et la NRL serait en voie d’achèvement.

10 ans plus tard, force est de constater qu’il n’y a toujours pas de train, et que le projet de NRL s’est transformé en celui d’une route en mer qui voit des piliers sortir de l’eau alors que les promoteurs du chantier n’ont toujours pas trouvé les matériaux nécessaires pour que cette route puisse aller de Saint-Denis à La Possession.

Autrement dit, l’infrastructure est restée la même, alors que le parc automobile a augmenté, croissance favorisée par l’importation de plus de 200.000 véhicules depuis 10 ans.

Aussi il n’est guère étonnant qu’au moindre incident, les Réunionnais soient pris en otage par d’importants embouteillages. Cette situation ne pourra que s’aggraver tant qu’un train ne circulera pas à La Réunion.