Edito

Levée de la quarantaine à La Réunion : aubaine pour des « chasseurs de prime » de la fonction publique

Manuel Marchal / 8 août 2020

JPEG - 13.7 ko

Depuis la levée de l’état d’urgence sanitaire à La Réunion, la quarantaine n’est plus la règle pour les personnes en provenance de France. Cette décision se base sur une évaluation de la situation par le gouvernement, et il est clair que des facteurs autres que la protection de la population entrent en jeu.
Si la protection de la population était le seul facteur déterminant, les autorités compétentes se seraient empressées de fermer l’aéroport au mois de mars au lieu de le laisser ouvert au trafic commercial venant de France. Avec la reprise rapide du trafic après le déconfinement, ce sont plus de 1000 personnes qui débarquent chaque jour de France à La Réunion, avec comme seule contrainte la production d’un test négatif réalisé 3 jours avant l’embarquement et une attestation indiquant ne pas avoir de symptômes. Air Austral est même allée plus loin dans la tolérance, avec la possibilité de réaliser un test vendredi pour embarquer le lundi, voire le mardi suivant. Entre le moment du test et l’entrée dans l’avion, aucune quarantaine n’est imposée aux futurs arrivants à La Réunion.

Faute de fermeture de l’aéroport, la quarantaine de deux semaines en centre dédié restait la protection la plus efficace de la population. Lorsque cette mesure était appliquée, le nombre de cas importés a baissé. Mais cette mesure était très impopulaire chez certains passagers, jugeant indignes pour eux les conditions d’hébergement dans un hôtel de luxe tous frais payés. Des professionnels du tourisme ont également demandé la fin de ce dispositif. L’épidémie de coronavirus et les mesures de restriction qui ont suivi coïncidaient avec une période de forte fréquentation touristique.
La suppression de la quarantaine oblige l’État à ouvrir 3 centres de dépistage. Ils servent à tester les passagers arrivés à La Réunion une semaine après leur débarquement. Il s’est en effet avéré que cette recommandation était respectée par moins de la moitié des passagers, et que plusieurs d’entre eux se sont révélés en réalité porteurs du coronavirus alors que leur test en France était négatif.

Si les effets de la levée de la quarantaine sur le tourisme reste à évaluer, cette décision a une conséquence immédiate : la levée de tous les obstacles à la venue de fonctionnaires mutés à La Réunion. La rentrée scolaire a lieu le 17 août, il est donc capital que tous les enseignants nommés cette année à La Réunion puissent y arriver sans encombre auparavant.
Il est clair que le maintien de la quarantaine de deux semaines en centre dédié aurait pu décourager ou au moins faire réfléchir quelques « chasseurs de prime », uniquement motivés par une augmentation de 53 % de leur salaire du fait de la sur-rémunération décidée par l’État pour ses agents titulaires. Si ces derniers avaient renoncé à leur projet, ce n’eut pas été une grande perte pour La Réunion. Notre île ne manque pas de jeunes compétents et motivés pour accomplir cette mission. Mais une fois encore, ces Réunionnais n’auront le choix qu’entre l’exil, le chômage ou le déclassement, jusqu’à quand ?

M.M.



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • C’est exact. Par contre, je ne suis pas sur que ce système de sur rénumération persiste encore longtemps. Du moins pour les futurs "entrants" qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs. Idem pour les retraités "outre-mer" qui perçoivent eux aussi ces % en plus. Jusqu’au 1.1.2009, un fonctionnaire qui désirait finir sa vie sous les cocotiers des DOM-TOM avait droit à ce privilège à vie même s’il n’y avait jamais bosser. Depuis cette date, il faut y justifier d’un certain nombre d’années d’activité, 15 je crois, à vérifier en allant demander aux syndicats de fonctionnaires. C’est vrai qu’en ce moment, à cause du Covid 19, l’Etat fait des dépenses, pour nos santés, les soins, traitements, masques, nous avons un des meilleurs systèmes de santé au monde, faut le reconnaître, beaucoup de pays voudraient avoir le même, c’est sur et il a augmenté les primes de rentrée qui approchent, il va donc chercher à faire des économies de l’autre côté. Je pense au blocage des salaires et sans doute à ces avantages donnés aux fontionnaires, ces "chasseurs de primes" comme indiqués, mutés Outre-Mer déjà pour qu’ils viennent s’installer puis lorsqu’ils reçoivent leur traitements, en effet, de + 53% à la Réunion, pas mal non ? Ce qui siginifie qu’un couple de fontctionnaires touche un salaire de 3 personnes. ( 1 + 50% = 1,5 et 1,5 X 2= 3 ! ) A chaque fois, lorsqu’on aborde ce sujet récurrent, on entend les uns dire "bof, cette dépense pour nos fonctionaires des îles, c’est négligeable pour le budget national, une goutte d’eau", et puis, "c’est pas les commerçants qui vont s’en plaindre, ça fait marcher la machine en lui mettant un peu plus d’huile, qui se plaint ?", ou bien " voilà une justice à établir, même boulot=même salaire, où qu’on soit dans la République, comme le KW/H d’EDF, il est identique DOM_TOM compris", et puis " déjà sous les tropiques, ils ne paient de pas chauffage, environ 1500 ou 200O euros d’économisés suivant les performances énergétiques du logement, son isolation thermique, et plus besoin de chaussettes ! sans oublier les - 30% pour les impôts sur le revenu. Alors... ?", nous verrons bien, si les décideurs auront du courage pour s’attaquer à ce "problème", donc : soit on touche à rien, on laisse faire ou bien on chamboule tout, avec un soucis d’égalité. Que ceux qui en profitent, en profitent encore longtemps..... "Pouvu que ça dure" aimait dire la mère de Napoléon 1°Laetitia Ramolino. Quand des étrangers apprennent ça, ils sont sidérés, n’avez-vous pas fait cette expérience, raconter ? Arthur qui souhaite à zot un bon WE en famille, confinée quand elle sort aux marchés, boutiques et supermarchés.

    Article
    Un message, un commentaire ?