Edito

Lutte contre le réchauffement climatique, nous pouvons le faire, la preuve par l’exemple : fin de l’essence au plomb

David Gauvin / 31 août 2021

Lorsque les stations-service d’Algérie ont cessé de fournir de l’essence au plomb en juillet dernier, l’utilisation de cette substance a pris fin dans le monde entier. Cette évolution fait suite à une campagne longue de près de deux décennies, menée par le Partenariat mondial pour des carburants et des véhicules propres (PCFV), dirigé par le PNUE. L’époque de l’essence au plomb est terminée, une menace majeure pour la santé des êtres humains et de la planète est ainsi éliminée.

JPEG - 44.7 ko

Depuis 1922, l’utilisation du plomb-tétraéthyle comme additif à l’essence afin d’améliorer les performances des moteurs a été une catastrophe pour l’environnement et la santé publique. Dans les années 1970, presque la totalité de l’essence produite dans le monde contenait du plomb. Lorsque le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) a lancé sa campagne visant à éliminer le plomb de l’essence en 2002, il s’agissait de l’une des menaces environnementales les plus graves pour la santé humaine.

L’année 2021 a marqué la fin de l’essence au plomb partout dans le monde. Néanmoins, celle-ci a entraîné une contamination de l’air, de la poussière, du sol, de l’eau potable et des cultures vivrières pendant près d’un siècle. L’essence au plomb provoque des maladies cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux et des cancers. Elle affecte également le développement du cerveau humain, en particulier chez les enfants, des études suggèrent même qu’elle contribue à réduire 5 à 10 points de QI. On estime que l’interdiction de l’utilisation de l’essence au plomb permettra d’éviter plus de 1,2 million de décès prématurés par an, d’augmenter les points de QI chez les enfants, d’économiser 2 450 milliards de dollars pour l’économie mondiale et de réduire les taux de criminalité.

Dans les années 1980, la plupart des pays à revenu élevé ont interdit l’utilisation de l’essence au plomb. Pourtant, en 2002, presque tous les pays à revenu faible ou intermédiaire, y compris certains membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), en utilisaient encore. Le PCFV, un partenariat public-privé, a réuni toutes les parties prenantes, a fourni une assistance technique, a assuré des activités de sensibilisation et a surmonté les défis locaux et la résistance des revendeurs de pétrole et des producteurs de plomb locaux, en investissant notamment dans la modernisation des raffineries. Le Dr Kwaku Afriyie, ministre ghanéen de l’environnement, de la science, de la technologie et de l’innovation, a déclaré : « Lorsque les Nations unies ont commencé à travailler avec les gouvernements et les entreprises pour éliminer progressivement le plomb de l’essence, les pays d’Afrique subsaharienne ont saisi cette opportunité avec enthousiasme. Le Ghana était l’un des cinq pays d’Afrique occidentale à se joindre les premiers ateliers et déclarations sous régionaux. Grâce aux campagnes médiatiques, aux rapports, aux études, à la dénonciation des illégalités et aux tests publics effectués par PCFV pour révéler les niveaux élevés de plomb dans le sang de la population, le Ghana est devenu encore plus déterminé à libérer son carburant du plomb. »

« Le fait qu’une alliance de gouvernements, d’entreprises et d’organisations de la société civile, soutenue par les Nations unies, ait réussi à débarrasser le monde de ce carburant toxique témoigne du pouvoir du multilatéralisme pour faire avancer le monde vers la durabilité et un avenir plus propre et plus vert », déclare Mme Andersen. « Nous exhortons ces mêmes parties prenantes à s’inspirer de cette énorme réussite pour faire en sorte que, maintenant que nous disposons de carburants plus propres, nous adoptions également des normes de véhicules plus propres au niveau mondial : la combinaison de carburants et de véhicules plus propres peut réduire les émissions de plus de 80 %. En outre, bien que nous ayons désormais éliminé la plus grande source de pollution par le plomb, des mesures urgentes sont encore nécessaires pour mettre fin à la pollution par le plomb provenant d’autres sources comme le plomb dans les peintures, les batteries au plomb et le plomb dans les articles ménagers. La Réunion doit être le pilote de ce monde d’après décarbonaté et expurgé des polluants.

« Un grand dirigeant commande par l’exemple et non par la force. » Sun Tzu

Nou artrouv’

David Gauvin