Edito

Macron a ravivé les rancœurs

J.B. / 11 décembre 2018

JPEG - 13.7 ko

Hier, c’était le 70e anniversaire de la Déclaration des Droits des Humains et du Citoyen adopté par une assemblée des Nations Unies le 10 décembre 1948, à Paris. C’est le moment choisit par Macron pour prononcer son discours sur les évènements qui ont secoué la France et son économie. Il ne pouvait ignorer que l’ONU en avait fait le point final d’une année de commémoration lancée en 2017. Pour une date aussi symbolique, nous nous sommes posé la question de savoir “s’il sera à la hauteur de l’histoire”.

Eh, bien ! C’est NON ! Il s’est tapé un pensum de 12 minutes.

Il aurait pu prendre de la hauteur et délivrer une analyse qui puisse comprendre les évènements à l’aune d’une crise qui dure depuis 40 ans, selon lui. Il a préféré jouer sur l’émotion qu’il aurait pu tirer d’un acte de contrition sur les blessures occasionnées par ses propos ou ses actions. Sauf que le peuple attendait la fin de la politique “tout pour les riches, les miettes pour nous”.

Tout le monde a compris qu’il a un pacte secret avec les agents du Cac 40 et des Banquiers. C’est un discours qui va raviver les rancœurs.

J.B.