Edito

Mayotte, les oubliés de la République

David Gauvin / 16 septembre 2020

JPEG - 28.7 ko
Nuit d’émeutes à Mayotte (Image Mayotte Première)

Mayotte, officiellement nommée département de Mayotte, est à la fois une région insulaire française et un département de France d’outre-mer qui sont administrés dans le cadre d’une collectivité territoriale unique dirigée par le conseil départemental de Mayotte. Depuis le 25 avril 1841, sous le règne de Louis-Philippe Ier, le royaume de France achète Mayotte au sultan Andriantsoly, qui est menacé par les royaumes voisins et préfère voir les deux îles rattachées à la France. Par referendum local en 2009, l’île devient un département français.

Alors que certain glosent sur les bienfaits de la colonisation française, où en est-on avec presque 180 ans de présence française à Mayotte. Le bilan est catastrophique. Le cadastre n’a pas été encore mis en place. Le droit du travail n’y est pas appliqué ainsi que les lois sociales. Les infrastructures sont insuffisantes et les jeunes n’ont pas d’avenir. Au sein de ce bilan désastreux nous ne prendrons que deux exemples, le port de Longoni et l’enseignement à Mayotte.

Le port de Longoni est le principal port maritime de l’île. C’est un port de commerce et de passagers créé en 1992. Il est géré sous la forme d’une délégation de service public par Mayotte Channel Gateway. Ce n’est là qu’une des entreprises gérée par Ida Nel qui a fait main basse sur un département français, en maitrisant le port, la manutention, la zone d’activité, la distribution, le transport, jusqu’à la fourniture de repas pour l’hôpital et la prison. Ici on parle d’Hayot, mais il n’est rien par rapport à Mme Nel. Et bien sûr tout cela se fait avec la bénédiction de l’Etat français qui se dit garant de la libre concurrence.

Le système éducatif à Mayotte est défaillant. Plus de 100 000 mineurs sont scolarisés à Mayotte, ce qui en fait une des académies les plus peuplées de France. Il y a 64 écoles maternelles, 119 écoles élémentaires, 21 collèges et 11 lycées. Ces seuls chiffres nous montrent à quel point le système scolaire est en retard. Il faut aussi noter que la cantine scolaire n’existe pas sur l’île. Selon les données JDC de 2015, 50,9 % des jeunes seraient en situation d’illettrisme, 71 % de la population ne possède aucun diplôme. Mayotte est l’académie la plus prioritaires qui bénéficie du moins de moyen.

Mayotte est le symbole de la faillite de l’Etat colonial français. Nous ne pouvons qu’espérer que la nouvelle génération de Mahorais se lève pour obtenir l’égalité sociale, le développement solidaire et la reconnaissance de l’identité mahoraise, comme à l’époque nos camarades en 1959 dont le regretté Bruny Payet.

« Le combat continu »

Nou artrouv’

David Gauvin

Ps : Je ne pouvais pas rendre meilleur hommage au camarade Bruny Payet que de continuer son combat.



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • En 1974, le référendum organisé par la France dans ce qui était alors le Territoire d’Outre-mer des Comores aboutit à un résultat très clair : la majorité des Comoriens ont voté pour l’indépendance. Mais la France choisit de ne pas respecter ce résultat et débute alors une aventure comorienne au mépris du droit international et de son appartenance aux Nations Unies. Elle décida en effet de maintenir son administration aux Comores. Cette occupation aboutit de fait à une division de ce nouvel Etat, et ne cessa pas malgré les résolutions de la communauté internationale. Elle s’amplifia avec la décision en 2011 de faire de Mayotte un département français.

    Dans un magazine national du 22 mars 2018, « l’erreur majeure a été de ne pas soutenir certains élus qui avaient compris que Mayotte n’était absolument pas prête pour ce statut face à ceux qui y étaient favorables et aux hommes politiques, en métropole, à la REUNION qui y voyaient un réservoir de voix, les municipales , les départementales , les régionales , la présidentielle .

    Des technocrates qui comprennent à rien au terrain qui sortent tout droit dans des bouquins .
    Il faut se rappeler que 95% de la population mahoraise est musulmane et dans la même proportion ne parle pas français ...
    Restituer ensuite cette île à ces trois voisines comme les NATIONS UNIES nous y obligent tout en donnant la possibilité d’acquérir la nationalité française aux mahorais sous conditions de langue et de culture ( l’histoire de France ... D’abord ) , point final

    Article
    Un message, un commentaire ?