Edito

Merci ’Franco and Co’, merci !

LB / 2 mars 2009

Chaque jour on sent monter dans la population réunionnaise la volonté de rassembler et d’agir pour construire les bases d’un autre vivre ensemble, des bases plus justes, en rupture avec le passé colonial encore vivant. Cela se sent aussi dans le renforcement et l’élargissement du COSPAR (Collectif des Organisations Syndicales, Politiques et Associatives de La Réunion), dans sa préparation des grèves et manifestations de jeudi prochain mais aussi dans les prises de position de personnalités politiques ou autres, extérieures au COSPAR, qui soutiennent d’une certaine façon ses revendications.
Cette union des Réunionnais sur des bases solides, pour essayer de bâtir un avenir qui redonne de l’espoir aux jeunes, énerve les défenseurs du système dominant actuel. Alors ils se défoulent et lâchent leurs insanités pour tenter de casser cette entente réunionnaise et la dynamique qui va avec.

Bien sûr, comme dans le passé, la cible principale de ces attaques contre le rassemblement revendicatif et constructif des Réunionnais est l’organisation politique qui a été un des principaux moteurs de ce combat depuis 50 ans. Et cela n’étonnera personne qu’à cette fin, par exemple, un journal écrive samedi dernier que « le principal reproche » fait au COSPAR « est d’être un satellite du PCR ».
Cela fait penser aux propos délirants publiés la veille par un autre journal ayant laissé entendre que la date du 5 mars pour les manifestations du COSPAR avait été choisi en fonction de l’anniversaire de Paul Vergès… ! Quand on voit le bas niveau de conscience politique où descendent certains, on ne peut que douter de leur capacité de contribution à la solution des problèmes des Réunionnais.

Ne parlons pas des calomnies et des injures publiées quotidiennement par certains médias contre des responsables du PCR. On l’a encore vu et entendu la semaine dernière dans les propos insultants de M. Franco contre la Maison des Civilisations et de l’Unité Réunionnaise.
Mais on a envie de dire merci à tous ces "Franco and Co" car, par leur mépris affiché envers les Réunionnais, ils apportent la preuve que le colonialisme n’est toujours pas mort dans notre pays. Et ils donnent raison aux Réunionnais qui continuent la lutte dans la solidarité pour tourner définitivement cette page de notre Histoire.

L. B.