Edito

Pas les compétences requises et bien trop payés : combien à la Région Réunion ?

Manuel Marchal / 19 février 2020

JPEG - 13.7 ko

« Le Quotidien » d’hier consacre un bref article sur une pratique qui contribue à maintenir La Réunion dans le sous-développement : l’embauche de personnes n’ayant pas les compétences requises et surpayées dans une collectivité. Cette affaire fait d’autant plus de bruit qu’elle met en cause la Région Réunion et Lucie Ignace, Réunionnaise championne du monde de karaté, co-listière de Didier Robert aux Régionales de 2015.

Lucie Ignace faisait partie des derniers de cette liste. Elle n’était pas en position d’être élue. Sans doute avait-elle estimé que ces activités ne lui laissaient que trop peu de temps à consacrer à un mandat d’élu. Sa position ne devait rien au hasard. Pour beaucoup d’électeurs, les noms les plus lus sur une liste sont en effet les premiers, et les derniers. Cette présence d’une jeune championne connue de tous les Réunionnais était donc vu comme un atout. Mais la fin des élections n’a pas signifié la fin des relations.

En effet, « le Quotidien » indique que Lucie Ignace a été embauchée par la Région dans le service Égalité des chances et emplois verts. Mais le contrôle de légalité de la Préfecture a alors porté l’affaire devant la justice. Le juge a en effet estimé que le salaire de l’ancienne co-listière de Didier Robert était trop élevé, et qu’en plus elle n’avait pas les compétences requises pour le poste qu’elle occupait à la Région. Anticipant sans doute le verdict, la Région a changé le statut de Lucie Ignace, de contractuelle à stagiaire.

Sur la base de ces éléments, tout porte à croire qu’il existe un lien entre la présence de la championne du monde sur la liste de Didier Robert aux régionales, et son embauche par la collectivité présidée par Didier Robert sur un poste dont elle n’avait pas les compétences requises, et où elle bénéficiait d’un salaire au-dessus du maximum légal. Fort heureusement, le contrôle de légalité de la Préfecture a été vigilant.
Ce fait amène à s’interroger sur l’ampleur de telles pratiques à la Région Réunion. Rappelons que sous la présidence de Didier Robert, la masse salariale a considérablement augmenté. Toutes les personnes embauchées sous sa responsabilité ont-elles les compétences requises pour assumer leur poste, et certaines de ces personnes ne sont-elles pas « sur-payées » ?

M.M.