Edito

Plan de relance régional, encore un exercice de gabegie pour le Président cigale

David Gauvin / 16 mars 2021

Dans le cadre du plan de relance, l’Etat a laissé le Président de Région distribuer l’enveloppe pour La Réunion. Mais comme à son habitude, au lieu d’avoir une vraie ambition pour La Réunion, il préfère faire du saupoudrage électoraliste. Décidément, n’est pas Paul Vergès qui veut.

JPEG - 13.7 ko

Pour faire face à l’épidémie du Coronavirus Covid-19, le gouvernement a mis en place dès le début de la crise, des mesures inédites de soutien aux entreprises et aux salariés, qui continuent aujourd’hui d’être mobilisables. Afin de redresser rapidement et durablement l’économie française, un plan de relance exceptionnel de 100 milliards d’euros est déployé par le gouvernement autour de 3 volets principaux : l’écologie, la compétitivité et la cohésion. Ce plan de relance, qui représente la feuille de route pour la refondation économique, sociale et écologique du pays, propose des mesures concrètes et à destination de tous.

Pour La Réunion, France Relance annonce avoir mobilisé 100 millions. France Relance à La Réunion, ce sont : 52 millions d’euros en plus pour le BTP, 5 192 jeunes accompagnés dans l’emploi, 22 millions d’euros pour le soutien des collectivités. 6 projets d’entreprises industrielles soutenues à hauteur de 3,8 millions d’euros. Pour l’heure, ce ne sont que de l’habillage de projets existants. Pour exemple, l’investissement dans le BTP porte pour 39,6 millions dans la rénovation de bâtiment d’Etat, DEAL ou DIECTTE. Nous sommes certains que ces travaux étaient prévus et déjà financés. Donc pour l’instant le plan de relance, ce n’est que de l’habillage.

En revanche, 250 millions sont annoncés pour la période 2021, 2022. Cette enveloppe couplée à celle à venir du plan de relance européen, permettrait de changer le visage de l’île en peu de temps. Mais nous voyons le Président VRP en campagne faire le tour des mairies pour dilapider cette enveloppe. Ici il promet le financement d’une rénovation d’école, là un parking, ici encore un centre artistique. Mais pendant ce temps-là, il a une compagnie aérienne à sauver et la route la plus chère du monde à finir. Nous voyons très bien comment vont va être dilapidée toute cette enveloppe.

Nous pouvons changer profondément et très vite notre Pays. Mais il faut absolument que les fossoyeurs de notre développement soient chassés des responsabilités dès le mois de juin.

Notre démocratie, comme notre économie, ne fonctionne que sur l’abus de confiance. Lorsque nos institutions pratiquent le clientélisme. Christian Castelli

Nou artrouv’

David Gauvin