Edito

Pour un calendrier scolaire climatique, « comme en France » !

Philippe Yee-Chong-Tchi-Kan / 19 mai 2020

JPEG - 81 ko

C’est bientôt la fin de l’année scolaire et le début des « grandes vacances ». Les températures ont bien baissé. L’air est frais. On peut s’adonner aux activités de plein air. Un climat propice, paradoxalement, aux apprentissages. Pas comme en décembre, janvier ou février, où il fait tellement chaud…

En France, lorsqu’il faut chaud, il n’y a plus classe. C’est l’été. En fait c’est quasiment tout l’hémisphère Nord qui place les « grandes vacances » en été. Leur été, de juin à septembre. Et les pays de l’hémisphère Sud font de même. Leurs « grandes vacances » ont très majoritairement lieu en été. Leur été, de novembre à février. Ainsi, cette année, l’année scolaire va du 10 janvier au 6 novembre à l’Ile Maurice, du 20 janvier au 5 décembre aux Seychelles, du 17 janvier au 19 décembre en Nouvelle Calédonie, du 3 février au 16 décembre au Brésil…

La seule raison pour laquelle on impose à la communauté éducative réunionnaise un calendrier contre-naturel réside dans la prétendue conformité de celui-ci avec le calendrier hexagonal. Arguant qu’à la fin d’un cycle scolaire, les élèves et professeurs réunionnais s’insèrent « naturellement » au rythme hexagonal (par extension Nord-Occidental) et inversement.
C’est nier d’évidentes réalités :

Primo, c’est reconnaitre qu’on impose ce calendrier contre-naturel à plus de 250 000 élèves, professeurs, techniciens et administratifs, pour un hypothétique confort d’une demi-douzaine de milliers d’étudiants et de professeurs en mutation ;

Secundo, les élèves et professeurs brésiliens, néo-calédoniens, mauriciens ou seychellois n’ont aucun souci d’adaptation aux écoles et universités françaises, britanniques ou américaines… et inversement. Au contraire, les semaines intercalaires entre les deux calendriers sont mises à profit pour peaufiner leur rentrée dans les meilleures conditions pratiques, financières et culturelles.

Qui pense que les Réunionnais en seraient moins capables ?

Philippe Yee Tchong Chi Kan