Edito

Prix et revenus : comment couillonner les Réunionnais ?

Ary Yée Chong Tchi Kan / 23 février 2019

JPEG - 13.7 ko

Le Réunionnais est considéré tellement couillon que des personnes vont choisir pour lui ce qu’il doit manger et à quel prix. Ainsi, 109 produits ont été sélectionnés pour 253 euros, soit une baisse du panier de 12 % ! Or, le Réunionnais est un fin connaisseur des techniques de promotion : on baisse sur un produit, on augmente tous les autres (ou presque). Et, puis tous les vendeurs savent que le Réunionnais ne va pas consommer les mêmes 109 produits durant toute l’année. Ce bouclier n’arrive même pas à la cheville de la liste COSPAR qui comptait 500 produits. L’autre couillonnade est de lui faire croire qu’il n’y a qu’un prix de référence c’est par rapport aux prix en France.

Tenez, je viens de tomber sur un article paru hier : “Selon les données publiées par les bureaux de statistique nationaux et régionaux, Shanghai est arrivée en tête en Chine en termes de revenu disponible annuel par habitant de 64 183 yuans (9 500 dollars) en 2018.” C’est l’équivalent de 8376 euros. Il suffisait de comparer avec La Réunion. En 2017, le revenu disponible brut par habitant s’est monté à 18 100 euros. Or, Shanghai est la vitrine de l’Occident en Chine. Les femmes et les hommes vivent aussi chichement qu’en Europe. Il n’y a qu’à voir comment les magasins de Paris s’arrachent les touristes chinois. Les grandes marques de France, notamment les cosmétiques n’ont aucun secret pour les consommateurs en Chine. Là-bas, les prix sont aussi libres qu’en France. Alors, pourquoi ne pas comparer nos prix avec ceux de Chine ? La bouteille de siave importée directement de Chine est vendue 60 centimes d’euros à La Réunion, après avoir intégré les frais de transports, douanes et bénéfices. Alors doit-on l’aligner sur le prix de France ?

Si en parité de pouvoir d’achat, on peut vivre aussi bien qu’un occidental à Shanghai, pour un revenu disponible 2 à 3 fois moindre, alors c’est bien le système qu’il faut revoir. Les correctifs apportés à la marge servent à couillonner le Réunionnais. Le consommateur réunionnais connaît le prix affiché à la vente mais ne connaît pas les prix de départ de la marchandise qui pour beaucoup vient de pays aux revenus plus bas. En d’autres termes, il ignore la marge du distributeur.
C’est donc une duperie, une autre façon pour dire qu’on couillonne les Réunionnais avec le BQP (bouclier qualité prix) !

Ary



Un message, un commentaire ?



Messages






  • BQP : Bèzement Quand ou la fini Payé. Hier dans une grande surface de l’Est, les promotions étaient présentées comme l’affaire de l’année. 2,95 euros le paquet de deux brosses à dent. la belle affaire, sauf qu’en regardant de plus près l’ancien prix était de 3 euros, soit 5 centimes de réduction. Totoche, là Moin la fé couillonne à Moin. Regarde bien, compare bien, en conclusion : ils nous prennent pour des CONsommateurs. Lorsqu’il met en place un BQP, c’est un bouclier pou bouche out yeux et fait rouvre out portefeuille. Ce n’est pas ça que demande les ménages. Ce qu’ils veulent c’est de la transparence sur la construction des tarifs et la fin de la spéculation à outrance. Surtout que les distributeurs y arrêtent mange saucisses frites dans ventre cochon.

    Article
    Un message, un commentaire ?