Edito

Pyeongchang : vers des Jeux de la Paix en Corée

J.B. / 19 janvier 2018

JPEG - 13.7 ko

Les discussions entre les gouvernements de deux États de la Corée ont avancé. Elles ont abouti sur plusieurs décisions qui vont dans le sens de la paix. Les Jeux olympiques de Pyeongchang seront marqués par plusieurs gestes symboliques. Les délégations des deux États défileront ensemble lors de la cérémonie d’ouverture derrière un drapeau commun, l’équipe féminine de hockey sur glace rassemblera des sportives des deux pays. Une station de sport d’hiver de Corée du Nord pourrait aussi être la base d’entraînement des skieurs des deux États.

Au cours des deux dernières semaines, les deux États coréens ont observé un spectaculaire rapprochement sur la base du sport. C’est un camouflet supplémentaire infligé à la politique de Trump dans la région. Ces derniers mois, l’armée américaine a multiplié les démonstrations de force et le gouvernement des États-Unis a parié sur la ligne dure, demandant des sanctions toujours plus sévères contre la Corée du Nord, au prétexte que ce pays est en train de se constituer une force nucléaire de dissuasion.

Face à la montée des tensions impliquant deux pays détenteurs de l’arme atomique, les Coréens ont réussi à trouver les mots pour renouer un dialogue interrompu depuis de nombreuses années. L’organisation des Jeux olympiques par la Corée du Sud a indéniablement joué un rôle positif. Ceci montre combien le sport peut être un moyen de rapprocher les peuples.

L’exemple des Jeux olympiques de Pyeongchang doit être matière à réflexion à ceux qui en France ont voulu utiliser les derniers Jeux des îles pour satisfaire leurs ambitions. En ordonnant aux Mahorais et aux Réunionnais de défiler derrière le drapeau de la France, ils ont transformé une grande fête en un dramatique fiasco. Cela a entraîné le départ de la délégation comorienne et donné une piètre image de La Réunion chez nos voisins. Puisse cette catastrophe ne jamais se renouveler. Les Jeux de Pyeongchang montrent en tout cas la marche à suivre.

J.B.