Edito

Qu’attendre de « la plus grande guerre commerciale de l’histoire » ?

J.B. / 9 juillet 2018

JPEG - 13.7 ko

Le 6 juillet, la Chine a saisi l’Organisation mondiale du commerce après la décision du gouvernement des États-Unis de taxer à hauteur de 25 % 818 produits chinois dont des composants d’avion, les disques durs et les automobiles. Cela s’ajoute à un relèvement décidé en mars des taxes sur les importations chinoises d’acier aux USA (25%) et d’aluminium (10%). Le gouvernement chinois a répondu en taxant à 25 % 540 produits venant des USA, et déploré que Washington ait lancé « la plus grande guerre commerciale de l’histoire ».

Et Donald Trump ne veut pas s’arrêter là. Il promet une mesure analogue dans deux semaines pour un volume supplémentaire de 16 milliards de dollars. Au total, ce sont près de 50 milliards de dollars d’exportations chinoises vers les USA qui devront être taxées à 25 %. Ceci s’ajoute à des mesures analogues visant des importations en provenance de l’Europe.

Rappelons que c’est d’Occident qu’est venue la volonté d’imposer la diminution des taxes douanières, au nom du principe de « la concurrence libre et non faussée ». Cela a amené la création de l’Organisation mondiale du commerce, OMC, dont les règles se sont traduites dans les directives européennes puis les législations des États. Quand la Chine a adhéré à l’OMC, les dirigeants occidentaux ont vu un marché de plus d’un milliard d’habitants capables pour leurs entreprises, mais avaient-ils prévu que ce pays dirigé par un Parti communiste devienne l’atelier du monde ? Pensaient-ils qu’une bonne partie de la production des usines occidentales allaient être délocalisée ?

Donald Trump veut faire croire que c’est en fermant les États-Unis aux importations que réside la solution aux problèmes de l’économie de son pays. Or cette économie dépend considérablement de ses importations, notamment en provenance de la Chine. C’est le cas notamment de l’électronique et ses dérivés. Aussi les dirigeants des États-Unis ont-ils beaucoup à perdre en tentant de s’opposer à un mouvement que leurs prédécesseurs ont lancé avant d’être dépassé par leur création, un dépassement dans lequel un pays dirigé par un Parti communiste joue un rôle essentiel.

J.B.