Edito

Quand le monde avance, La Réunion regarde Paris en attendant l’autorisation

David Gauvin / 23 février 2021

La presse nous relate la signature d’un accord libre échange entre Maurice et l’Inde. L’Inde est devenue le premier partenaire commercial de Maurice, loin devant les anciennes puissances coloniales. Par Maurice, l’Inde souhaite entrer dans le marché commun africain. Pendant que le monde change rapidement autour de nous, nous cherchons toujours notre salut à Paris, et même, le CESER se positionne contre un plan de relance décidé à Paris sans nous.

JPEG - 85.3 ko

Aujourd’hui les grande ères économiques sont en train de s’organiser. L’Union Africaine a lancé un chantier d’intégration continentale dans le but de créer une zone de libre-échange, une monnaie, une bourse et une banque de développement. L’intégration économique africaine est en route. Dans cette espace nous aurons nos pays voisins, Maurice, les Seychelles, Madagascar, les Comores. Cette espace représente potentiellement la plus grande zone de développement du futur. L’union Africaine regroupe 55 pays et la totalité des Etats d’Afrique. Et pour l’instant nous n’y sommes pas.

De l’autre côté du monde l’ASEAN (Association des Nations de l’Asie du Sud Est) s’est organisé en espace de libre échange. Le 37e sommet de l’ASEAN, en novembre 2020, aboutit à la signature d’un vaste accord de libre-échange, le partenariat économique régional global (PERG) avec l’Australie, la Chine, la Corée du Sud, le Japon et la Nouvelle Zélande. Cette espace économique englobe tous les pays d’Asie du sud est à l’exception de l’Inde. Il regroupe potentiellement un tiers de l’humanité qui décident d’unir leur destin. L’Inde et la Russie sont pour l’instant membres observateurs. Et du fait de notre appartenance à l’Union Européenne et notre situation géographique, nous sommes au carrefour des trois plus grandes zones d’échange de la planète.

Dans ce monde qui a changé en très peu de temps, il faut nous poser la question de notre place. Est-on un confetti de l’empire éteint, ou un territoire au carrefour de trois des plus grandes zones de développement au monde ? La réponse est dans la question, mais encore faudrait il que l’on puisse au moins discuter au même niveau que nos voisins. La France nous refuse cette autonomie de discussion et nous servons constamment de monnaie d’échange pour préserver les intérêts des multinationales françaises. Qui connait Marcel Escure ambassadeur délégué à la coopération Régionale dans l’Océan Indien ? Personne, d’ailleurs il est en poste à Paris……

Nous devons prendre en main notre destin, et surtout repenser notre relation au monde. Nous devons arrêter de croire que nous sommes un ilot de richesse au milieu d’un océan de misère. Cette vision néocolonialiste du monde n’a plus court. La Chine est devenue la première puissance mondiale, suivi de prés par l’Inde, le Japon et la Corée du Sud. Repenser notre relation au monde, nous permettra de reposer les bases de notre développement expurgés des fausses certitudes du passé.

« Quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt. » (Proverbe chinois)

Nou artrouv’

David GAUVIN