Edito

Quelle alternative aux agences de presse occidentales : pour une alliance de l’information au niveau régional

Manuel Marchal / 26 septembre 2020

JPEG - 177.9 ko

La semaine dernière Le président et directeur de l’Agence de presse officielle du gouvernement indonésien Antara, Meidyatama Suryodiningrat, a affirmé le « rôle vital » d’Antara et de l’Agence Vietnamienne d’Information, proposant de créer une alliance d’information de l’ASEAN.

« « Sans Antara et la VNA, le seul flux d’informations en provenance d’Indonésie et du Vietnam serait dominé par les agences de presse occidentales », a déclaré le président-directeur de l’Agence de presse officielle du gouvernement indonésien Antara, Meidyatama Suryodiningrat, lors d’une interview à l’occasion du 75e anniversaire de l’Agence Vietnamienne d’Information (VNA).
"Antara et la VNA partagent de nombreuses affinités. Les deux agences de presse nationales ont été fondées à peu près à la même période. Cette année, Antara célèbre son 83e anniversaire », a-t-il indiqué.
Selon Meidyatama Suryodiningrat, les deux agences sont nées de la lutte révolutionnaire et ont mission commune qui consiste à accompagner les deux peuples et à promouvoir leur lutte et leur nation. Elles jouent aujourd’hui un rôle important sur le front de l’information en Asie du Sud-Est.
Née dès les premiers jours de la fondation du Vietnam moderne, en septembre 1945, l’Agence vietnamienne d’information a été baptisée par le Président Hô Chi Minh.
Evoquant les formes de coopération dans le cadre de l’ASEAN dont les deux pays sont membres, il a cependant fait remarquer que la coopération entre les agences s’effectue encore seulement sur une base bilatérale malgré leur présence nombreuse.
« Il est temps de nous associer pour établir dans une forme d’alliance susceptible de regrouper en son sein tous les dix pays membres de l’ASEAN, leurs agences de presse et leurs principaux médias afin de créer une source d’information partagée par tous et d’élever la prise de conscience et le niveau de communication de leurs populations », a-t-il suggéré. » ». Source Agence Vietnamienne d’Information.

Cette dépêche illustre un besoin : diffuser des informations écrites par des journalistes d’une région à destination de la population de cette région. Le but est de sortir de la domination exercée par les agences de presse occidentales dans ce secteur, afin que de proposer une alternative à la vision occidentale qui envahit les médias. C’est notamment le cas à La Réunion où les sources d’information relatives aux autres pays sont diffusées par l’AFP, Reuters ou AP.
Ce canal unique entraîne une vue partielle et partiale. En effet, il n’est pas rare de constater que les mêmes faits sont vus d’une certaine manière par les agences occidentales, et d’une autre par des médias africains ou asiatiques.

Ceci s’applique aussi dans notre région. En effet, qui de mieux que des journalistes de Madagascar, les Comores, Maurice ou La Réunion pour parler au monde des faits qui surviennent à Madagascar, aux Comores, à Maurice ou à La Réunion. Un tel projet reste un défi, compte tenu du fait que l’organisation politique régionale reconnue, la Commission de l’océan Indien, tire son financement en grande partie d’une ancienne puissance coloniale, la France, et de l’Europe.
D’où l’importance de rechercher une alternative.

M.M.