Edito

Qui a fait venir les militaires à La Réunion ?

J.B. / 23 novembre 2018

JPEG - 71.9 ko
Avion transportant des militaires en partance pour La Réunion. (photo Gendarmerie nationale)

Depuis le 17 novembre, La Réunion est touchée par un mouvement social général. Son cadre ne se limite pas aux milliers de gilets jaunes qui sont sur les barrages. En effet, le reste de la population fait part de sa volonté de bousculer le système actuel, responsable de la crise qui oblige plus de 180.000 Réunionnais à s’inscrire à Pôle emploi, et qui rejette plus de 40 % des habitants de notre île sous le seuil de pauvreté.

Que cela soit à Paris ou à La Réunion, des élus ont lancé des appels à l’aide à Paris. Certains sont tellement désemparés qu’ils ont même cru bon d’adresser des courriers au président de la République, l’implorant d’agir pour rétablir la situation. La réponse du pouvoir ne s’est pas faite attendre.

Depuis lundi, le pouvoir judiciaire a multiplié les condamnations exemplaires à de la prison ferme infligées à des personnes accusées d’avoir participé à des émeutes ou des pillages. Le préfet a ordonné un couvre-feu qui n’a pas empêché des incidents au cours des nuits. Et le président de la République a déclaré que des militaires seront envoyés à La Réunion pour rétablir l’ordre. Hier d’ailleurs, la Gendarmerie nationale a diffusé les photos d’un charter de militaires en partance pour notre île.

Voilà le résultat concret des appels à l’aide de ces élus, en dans le même temps, la satisfaction des revendications de la population n’a pas progressé. Il appartient donc à ces mêmes élus de se comporter différemment en cessant de se tourner vers Paris pour les aider à trouver des solutions. C’est au sein du peuple réunionnais que réside l’issue de la crise. Car la population montre depuis une semaine qu’elle a des propositions. La sortie durable de la crise ne pourra donc venir que d’un dialogue entre Réunionnais, pas dans l’appel à l’aide à Paris qui ne pourra produire que le résultat actuel : enlisement et réponse militaire.

J.B.