Edito

Rien n’a été réglé

J.B. / 4 décembre 2018

JPEG - 81.3 ko

Madame Girardin est repartie. Elle en a exposé les raisons par le travail qui l’attend à Paris. Pour bien montrer qu’elle reste en contact avec La Réunion, elle a eu une ultime rencontre avec un groupe de manifestants par visioconférence reçus dans les locaux de la préfecture. A la sortie, les gens n’étaient pas contents. Car, rien n’est réglé.

Un mois auparavant, elle nous avait gratifié d’une visite de 4 jours. Reprenez les titres des médias ainsi que les comptes-rendus jugés positivement. Avant son arrivée, le PCR avait sollicité un rendez-vous auprès d’elle. Le dimanche 27 octobre, elle fait recevoir Yvan Dejean et Ary Yee Chong Tchi Kan par son conseiller. Une “note” a été remise à ce denier après un bref échange. Les médias avaient boycotté ce rendez-vous. Le 29 octobre, le PCR fait sur le bilan de sa visite à la presse. Ary a souligné que “les inquiétudes ne sont pas levées”. Yvan note qu’on “va droit le mur et sans casque”.

Après ces mises en garde, ça explose de partout. Les médias ne font aucun lien entre les 2 visites. Ils n’offrent aucune mise en perspective. Les politiques abonnés aux médias n’offrent aucune analyse et se contentent de “réactions” primaires. Le peuple rappelle que “Paul Vergès avait prévenu”. Depuis un mois, puis durant la crise, aucun membre du PCR n’a été invité à commenter la situation politique. Pourquoi le seul parti politique capable d’offrir une analyse est à ce point censuré et subit un ostracisme que l’on croyait révolu ?

Quant à la Ministre, une nouvelle fois, elle est repartie sans rencontrer le PCR. Restons zen et rafraîchissons les mémoires. Extrait de la note :
“c’est l’impasse.
Tous les voyants sont au rouge et la tendance n’est pas au fléchissement. Il est toujours possible d’apporter quelques améliorations ici et là. Mais, selon nous, la solution doit être globale pour un traitement à long terme, durable et sécurisé pour plusieurs générations.”
“Il appartient aux Réunionnais et Réunionnaises de débattre des conditions de sortie de cette crise qui dure et s’aggrave, dont souffre particulièrement 43 % de la population vivant sous le seuil de pauvreté ainsi que 29 % de chômeurs.
Aux Réunionnais et Réunionnaises d’élaborer un plan qui n’occulte aucun aspect.
Aux Réunionnais et Réunionnaises de définir les conditions tant matérielles que réglementaires pour réaliser ce plan.
Aux Réunionnaises et Réunionnais d’assumer leur responsabilité.
Ce serait irresponsable de leur part de tout envoyer sur le gouvernement en attendant que ce dernier décide à leur place.”

Le PCR conclut en ces termes :

“le gouvernement doit entendre le besoin de responsabilité que réclament de plus en plus de Réunionnais et Réunionnaises, face à la dégradation de la situation économique, sociale et environnementale”.

J.B.

(lire demain : La tête lé dure même. L’échec programmé des maires.)