Edito

Saint-Denis : division au sein de la majorité municipale en vue des élections ?

J.B. / 22 juin 2019

JPEG - 13.7 ko

« Hors de question d’avoir des accords avec LREM », cette déclaration de Philippe Naillet, premier secrétaire de la fédération PS de La Réunion lors d’une conférence de presse lundi dernier interpelle. Cela signifie qu’à La Réunion lors des municipales l’année prochaine, il ne pourra y avoir de liste commune PS-LREM.
Lors de cette rencontre avec les journalistes, le dirigeant de la fédération socialiste a également fait un bilan négatif des deux premières années de mandat d’Emmanuel Macron et donc de la majorité LREM.

Une telle prise de position contraste avec celle du maire de Saint-Denis, Gilbert Annette, dont Philippe Naillet est un adjoint. Lors de ses vœux en début d’année, le premier magistrat de Saint-Denis avait dit tout le bien qu’il pense de la politique du gouvernement, apparaissant ainsi en substance comme un « macroniste » heureux.
Cette orientation est la suite du choix de soutenir la candidature d’Emmanuel Macron plutôt que celle du candidat du Parti socialiste à la présidentielle, puis de participer à une campagne des législatives où deux adjointes au maire de Saint-Denis étaient candidates, se présentant comme de la majorité présidentielle.

Il est également à noter que la prise de position de la fédération PS a eu lieu la veille de la diffusion dans la presse d’extraits du rapport de la Chambre régionale des comptes qui épingle sévèrement la gestion de Gilbert Annette, en particulier les conditions des recrutements dans la collectivité. Ce rapport est à l’ordre du jour du Conseil municipal de Saint-Denis où siègent donc dans la majorité Gilbert Annette et Philippe Naillet. Ceci amène donc à s’interroger.

Soit Gilbert Annette était au courant de la prise de position d’un membre important de sa majorité à Saint-Denis, et donc il savait que son orientation politique allait remettre en cause son orientation pro-gouvernementale, chose qui paraît difficilement cautionnable de sa part. Ou alors le contenu de la conférence de presse était l’expression d’un courant suffisamment puissant au sein de la Mairie de Saint-Denis où se concentre l’essentiel du potentiel de ce qui reste du PS à La Réunion, puissant au point qu’il ait pu influer sur Philippe Naillet pour l’amener à marquer ses distances avec le maire de Saint-Denis. En tout état de cause, le Conseil municipal d’aujourd’hui promet quelques échanges intéressants.

J.B.