Edito

Seulement 16 % des jeunes vont voter

J.B. / 2 novembre 2017

JPEG - 13.7 ko

Dans la nuit de mardi à mercredi, des incidents ont eu lieu plusieurs villes de La Réunion, notamment dans le Nord et l’Est. Dans la ville nouvelle de Beauséjour à Sainte-Marie, des poubelles ont été brûlées. Au Chaudron à Saint-Denis, des jeunes ont fait face à des policiers tandis que des commerces étaient attaqués.

C’est une nouvelle illustration de la menace qui pèse sur la cohésion de la société réunionnaise. Force est de constater que les jeunes sont de moins en moins nombreux à croire que le système en place peut régler leurs problèmes. Ce système repose en effet sur la désignation de responsables par des élections. À charge ensuite aux élus de mener des politiques pour répondre aux besoins de la population.

La semaine dernière, une étude de l’INSEE montre que seulement 25 % des électeurs se sont déplacés pour participer aux scrutins de 2017, présidentielle et législatives. Or, selon l’ordre institutionnel, ce sont les scrutins les plus importants car ils désignent ceux qui proposeront et voteront pendant 5 ans les lois qui s’appliqueront à La Réunion. C’est chez les moins de 30 ans que l’abstention est la plus prononcée, avec 16 % de votants à toutes les élections. Cette proportion est encore plus faible pour les jeunes sortis du système scolaire sans qualification officiellement reconnue. En effet, l’absence de diplôme est un facteur favorisant l’abstention explique l’INSEE.

Si en grande majorité les jeunes ne vont pas voter, certains utilisent d’autres moyens de manifester leur mécontentement. Cela se traduit par des atteintes aux biens, et par le choix d’affronter les représentants de l’autorité, c’est-à-dire les policiers. Tant que prospérera à La Réunion un système qui ne règle pas les problèmes et maintient les inégalités, ces incidents se reproduiront.

J.B.