Edito

Silence ! L’esclavage est de retour, mais…

Jean / 20 novembre 2017

JPEG - 13.7 ko

Silence ! L’esclavage est de retour mais l’urgence des urgences n’est pas de convoquer les instances internationales, de s’appuyer sur la protestation publique, non, non, non, l’urgence des urgences, nous dit le préfet de police de Paris c’est : « d’identifier les organisateurs de ce rassemblement, organisé au mépris de la loi ».

Les réfugiés fuient la mort qui frappe en Syrie, en Libye, au Mali, en Éthiopie, au Sud-Soudan. Ces pays sont déstabilisés parce qu’ils sont — depuis plus d’un siècle — le terrain de jeu où s’affrontent les “grandes” puissances prédatrices des ressources énergétiques de ces pays.

L’exode de ces peuples est dicté par l’espoir d’échapper à une mort certaine. Contraints à l’exil par la terreur des bombardements, gazés, chassés de leurs quartiers assiégés, ils n’ont qu’un but — terriblement humain — se mettre à l’abri, survivre et, souvent, c’est en mer qu’ils trouvent la mort dans la plus froide, la plus parfaite indifférence des pays se targuant du titre de démocratie, se réclamant de la fraternité entre les peuples.

Et voilà que, dans ce chaos, resurgit l’esclavage. Des humains, capturés dans leur fuite, sont vendus et tout le monde en est informé. C’est le retour d’un crime contre l’humanité. Le crime imprescriptible est flagrant. Aussitôt, des gens s’indignent, protestent, tentent d’alerter l’opinion et les pouvoirs des démocraties européennes sur ces événements qui ébranlent la communauté humaine. « Réveillez-vous ! Réveillons-nous tous ! », clament-ils.

Mais Saad Hariri à Paris, mais la coalition de Mme Merkel bat de l’aile, mais la Catalogne, mais, mais, mais… les esclaves peuvent attendre. La seule, l’unique réponse des institutions de la République : les organisateurs de la protestation contre le retour de l’esclavage, n’ont pas déposé une demande d’autorisation préalable de manifester contre un crime contre l’humanité ! Le crime est flagrant mais les humanistes autoproclamés sont d’abord préoccupés du respect des formes au point d’écrire : « [les] investigations permettront d’identifier les organisateurs de ce rassemblement, organisé au mépris de la loi, afin que des procédures soient engagées aux fins de poursuites adaptées ».

Pathétique ! Révoltant !

Sœurs et Frères humains révulsés par ce retour de l’esclavage, du calme ! remplissez d’abord votre formulaire réglementaire, déposez-le en préfecture aux jours et heures ouvrables, et attendez patiemment que la République agisse… quand elle en trouvera le temps !

Jean



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Je ne suis pas sûr que tous ces gens qui fuient leur pays pour venir en Europe , trouvent la liberté lorsqu’ils ont la chance d’arriver en Europe . Chez nous aussi il y a encore de l’esclavage , mais sous une autre forme que celle qui est pratiquée dans certains pays d’Afrique .

    Lutter contre l’esclavage c’est aussi lutter contre cette forme d’exploitation de la misère humaine qui consiste à refuser un logement digne à ceux qui en ont besoin , à ne pas leur donner du travail ou à les payer beaucoup moins que les autres , à les insulter et les mépriser parce qu’ils ne sont pas comme nous .

    Oui, ceux qui échappent à la mort par noyade , par fusillade ou d’autres façons atroces pour arriver chez nous ne trouvent pas toujours le paradis mais souvent des situations pires que l’esclavage . Nous pouvons nous insurger contre l’esclavage pratiqué ouvertement et aux yeux du monde entier dans certains pays sans que la communauté internationale ne lève le petit doigt , mais nous pouvons aussi compatir à la souffrances de ceux qui arrivent à nos frontières et qui se rendent compte que l’enfer ce n’était pas seulement chez eux , mais qu’il existe aussi chez nous .

    Peut être que l’un des moyens les plus efficaces pour lutter contre ce phénomène, tant que les organisations internationales laisseront faire sans réagir , serait que nous allions acheter nous mêmes ces gens vendus comme esclaves pour pouvoir leur offrir la liberté , mais même cela serait impossible dans notre monde où l’on peut se déplacer si facilement , aller dans n’importe coin du globe en une journée , car nous rencontrerions toujours des frontières infranchissables pour notre esclave . Nous pourrons certainement l’acheter en y mettant le prix mais l’emmener avec nous pour lui donner la liberté dans notre pays ne sera pas chose facile . Et même si cela était possible notre esclave libre chez nous serait il vraiment libre s’il doit vivre dans une misère noire ? Nous mêmes sommes nous vraiment libre ? ne sommes nous pas nous aussi esclave de quelque chose , des autres ou de nous mêmes lorsque notre liberté ne nous permet de satisfaire le minimum de nos besoins essentiels ?

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Dire que l’esclavage est de retour est inexact.Il faut voir la vérité en face. Malheureusement, l’esclavage
    n’ a pas disparu. En Mauritanie, il a été officiellement aboli, seulement en 1980, ; mais il a contribué à exister. ¨Plus récemment, l’état islamique et Boko Haram ont institué l’esclavage , sexuel ou pas..
    Possibilité d’acheter les esclaves aux vendeurs ?. c’est une arme à double tranchant , cela va inciter les trafiquant à trouver d’autres esclaves.
    Non Il faut ne pas avoir de pitié Intervenir, par la force contre tous les trafiquants et vendeurs d’esclaves quels qu’il soient . cela peux paraître extrémistes , mais c’est la seule solution. L’ONU doit voter l’envoie de troupes importantes pour éliminer cette abomination.
    En Lybie il y a eu des interventions militaires pour d’autres causes. celle ci en est une . C’est m^me la plus importante.

    Article
    Un message, un commentaire ?