Edito

Sortir les pauvres de la pauvreté par un acte politique

Les enjeux des Municipales de 2020 (6)

Ary Yée Chong Tchi Kan / 5 septembre 2019

D’après la rumeur, nous risquons d’avoir entre 5 et 10 de listes par Commune, soit au moins 4000 candidates et candidats aux Municipales. Pour faire quoi ? Cela pourrait être considéré comme le signe d’une vie démocratique active. Une sorte de réveil citoyen après les évènements des Gilets Jaunes. Qu’en pensent nos lecteurs ?

L’absence de partis politiques et de débat sur les enjeux électoraux représentent une catastrophe démocratique. Les organisations politiques sont des piliers de la Constitution. C’est le lieux où s’élaborent des idées et développe la pratique politique. La personnalisation des élections municipales n’aide pas à exprimer l’esprit de liste et la responsabilité collective.

Le Citoyen vote à partir d’une liste pour désigner un conseil municipal. Puis, dans la semaine suivante, le Conseil au complet désigne le Maire et ses adjoints qui auront la charge de conduire les destinés du territoire durant le mandat. La loi a même prévu des recompositions de listes au deuxième tour. Le nombre de liste n’est pas en cause.

Vu qu’ il n’y a pas de limite au nombre de liste, la dernière élection européenne a comptabilisé jusqu’à 37 ! Ce fut la pagaille et la cacophonie dans le déroulement du scrutin. On a même vu le Président de la République en personne sur des affiches électorales. D’autres personnalités se sont affichées pareillement alors même qu’elles n’étaient pas candidates. Le scrutin a été détourné de ses objectifs : ce fut une pré-sélection de candidats pour les Présidentielles, en 2022.

Le seul parti politique de La Réunion, c’est le PCR. Ne pas confondre avec les associations crées pour percevoir des financements de l’Etat. On sait que le PCR milite pour que les Réunionnais soient responsables des décisions qui concernent l’avenir de La Réunion. Son projet politique a été attaqué et dévoyé. Malgré les difficultés pour faire vivre quotidiennement une organisation, elle célèbre ses 60 années d’existence.

Durant les 30 premières années, il a été privé de Député. A la faveur de la proportionnelle, en 1986, il en a eu 2, Paul Vergès et Elie Hoarau. Ils ont démissionné avec fracas pour réveiller la conscience des Réunionnais sur la discrimination dont ils en sont victimes depuis 1946. Ce geste a conduit à une victoire politique en faveur de la société réunionnaise, les plus pauvres en particulier.

Aujourd’hui, cette égalité est acquise et n’est pas remise en cause mais nous avons la moitié de notre population sous le seuil de pauvreté. Après la victoire de l’Egalité sociale, c’est désormais l’enjeux principal de toutes les élections : municipales, départementales, régionales, présidentielles et législatives qui vont se succéder. Les futurs 4000 candidates et candidats sont en premières lignes : vont-elles sacrifier les pauvres, en se conformant aux traditions, ou alors être créatifs comme nos deux Députés qui ont marqué l’histoire de la République Française par 2 démissions retentissantes ?

Ary YEE CHONG TCHI KAN.

Note : au bout de 6 papiers, j’espère avoir aidé à faire réfléchir sur les enjeux d’une élection, inséparables de l’objectif principal. C’est la seule façon de constater que lorsque la contradiction principale est acquise et que le peuple a monté son niveau de conscience d’appartenance collective (ex. L’Egalité sociale), il faut rassembler tout le monde pour traiter la nouvelle contradiction principale (la pauvreté monétaire). Une élection n’a aucune valeur en soi.