Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Politique > Edito

Symboles

jeudi 6 mai 2004

Jean-François Sababady est coupeur de cannes. Déclaré vainqueur de la koup kann à l’huile de coude, mardi, lors du concours organisé par la Foire de Bras-Panon, il s’est rendu dans la salle du Conseil municipal peu avant midi.
Vêtu de frais après l’épreuve, silhouette élancée, tête haute, il a fendu d’un pas sûr les “menées” de chaises, arborant un tee-shirt rouge flamboyant avec sur la poitrine l’effigie de Che Guevara, et dans le dos, une faucille et un marteau à larges traits noirs. Symbole triomphant, atemporel, un poil provocateur, d’une identité ouvrière nourrie de ses mythes fondateurs et fière de ses œuvres. Il s’est planté à droite de la tribune où était assis le maire de la ville.
Avec le calme tranquille de celui qui a bien fait son travail, il a assisté sans broncher à la fin d’une conférence passionnée sur la mécanisation de la coupe des cannes.
Et là, sous son regard de vainqueur, petits, moyens et grands propriétaires, techniciens et experts, aménageurs et politiques de la ville débattaient sans retenue - mais pas sans appréhension, tant ils riaient fort -, de la meilleure façon de se passer à l’avenir de ses compétences de champion.

Pascale David


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus